Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/04/2014

LE BLOG : LIMOUX 2017, NOUVEAU INSTRUMENT D'OPPOSITION CITOYENNE A L'USAGE DES HABITANTS DE LA VILLE DE LIMOUX.

LE BLOG : LIMOUX 2017
blog,limoux 2017,démocratie,opposition citoyenne

Le blog : Limoux 2017, va s'attacher à redonner de nouveaux espoirs à la population de Limoux, asphyxiée depuis plus d'un quart de siècle, par une gestion dangereuse, parce que solitaire et non démocratique.

Il s'agit d'un blog d'opposition citoyenne, libre de tout parti, indépendant de toute liste électorale susceptible d'être présentée au suffrage des électeurs. Il n'est rattaché à aucune idéologie politique particulière.

Nous mettrons en ligne toute information, tout document, tout communiqué ou tout article de presse déjà rendu public, susceptible d'informer et de pallier aux insuffisances des médias traditionnels.

Vous pouvez suivre notre actualité en mettant le lien ci-après dans vos "favoris" :
http://limoux2017.blogs.midilibre.com/

Vous avez aussi la possibilité de vous inscrire ou désinscrire de la newsletter et de communiquer par courrier à l'adresse :
le.forum@orange.fr

Toute l'équipe restera en permanence à l'écoute de vos pertinentes remarques et suggestions.

à bientôt, avec l'espérance d'un meilleur avenir.

Dupré, Durand, votre (notre) patrimoine fout le camps : l'incroyable état de délabrement du complexe sportif Louis Trémesaygues !

P1130485.JPGP1130486.JPGP1130482.JPGP1130477-1.jpgP1130474.JPGP1130475.JPGP1130480.JPG
P1130463.JPGP1130459.JPGP1130460.JPGP1130457.JPGP1130456.JPGP1130455.JPGP1130452.JPGP1130451.JPG

19/04/2014

IL A LE TRAC, LE TSAR !

Il a le trac, le Tsar !

La première véritable réunion du Conseil municipal a montré la couleur... La vedette sort de sa loge et entre en scène sans un salut pour les autres acteurs de la pièce déjà écrite par elle-même !
Pourtant la vedette a le trac, elle est blanche comme neige face aux « sept nains » : cette peur blanche la conduit à une colère noire dès lors que ses monologues ne sont pas salués comme elle l’espérait. L’acteur cabotine dès lors et sort de son texte : les tirades n’ont plus d’effet et une seule répartie d’un « nain » lui fait perdre sa miteuse éloquence.
Que dit-il à cette « outrancière » ayant osé prendre la parole pour dénoncer une lacune dans le fonctionnement d’une installation municipale : « vous êtes une menteuse » ! Cela en séance publique ! Une élue traitée ainsi en séance publique !
La pseudo Star devient alors le Tsar et proclame son oukase, c’est-à-dire sa décision arbitraire : « je vous interdis de parler » !
Chacun peut donc apprécier comment fonctionne désormais la démocratie au sein du nouveau Conseil municipal. Et malheureusement ce n’est pas fini. Mais ceux qui représentent 48 % de la population limouxine n’ont pas fini non plus d’ouvrir les yeux, les oreilles et la bouche à l’inverse des vingt-cinq autres « petits singes »... bien sages !

Jacky Daguine
2014.04.18

 

le tsar,trac,élue menteuse,je vous interdis de parler

16/04/2014

Les invités à 250 € ! Avec cette somme, on fait manger une famille pendant deux semaines !

Les invités à 250 € !

Pour qu’une cour fonctionne au doigt et à l'œil, il faut savoir la flatter et de temps à autre saisir l’opportunité de l’inviter aux festins du Roi... Les courtisans savourent l’instant, savourent les plats, apprécient l’invitation du Sire des lieux et ne se posent aucune question pour savoir lequel a payé cette grande faveur d’être assis(e) à la table du Sire.
Et c’est le petit peuple qui, sans avoir les moyens de participer à ces agapes étoilées, paie pour des courtisans qui se « Panurgent » sur leurs impôts !  C’est ainsi que fonctionnent les gens de gauche d’aujourd’hui : en prenant l’argent dans vos poches et en ne donnant rien en réciprocité !
Ils sont tous invités à la table du Premier Magistrat, tant pour caresser son ego lors des séances du Conseil municipal, que pour flatter leurs papilles gustatives. Il est vrai que lorsque l’on vous offre un repas à 250 €, çà ne se refuse pas ! Mais à ce prix, on fait manger une famille pendant deux semaines !
Les « Socialistes » d’aujourd’hui sont plus qu’une « gauche-caviar », ils sont devenus abjects dans un comportement qui a perdu ses repères par rapport aux idées qu’ils répandent mensongèrement.  

Jacky Daguine
2014.04.15
 

limoux 2014,repas de prestige,repas à 250 €,festins du roi,table du premier magistrat,socialiste

28/03/2014

LE GRAND RETOUR... EN ARRIERE !

 Le grand retour... en arrière !

Nous voici en 1989. Il y a 6751 inscrits sur la liste électorale de Limoux. M. Dupré est élu avec 2859 voix, soit 51,45 % des suffrages exprimés.
Un quart de siècle plus tard, alors que la population de Limoux a augmenté, le nombre d'inscrits a baissé puisqu'il n'est plus que de 6589. Les nouveaux arrivants ne seraient t-ils pas des citoyens Limouxins, ou se considéreraient ils étrangers à la vie politique locale !
Le nombre de voix obtenu par M. Dupré, 25 ans après sa première élection, s'élève seulement à 2232. Certes le pourcentage reste sensiblement le même : 51,88 %, mais cela démontre l'érosion de son matelas qui monta vers des sommets vertigineux en 2001, avec plus de 69 % !
Il n'y a donc pas de quoi pavoiser. Moins de voix avec plus de population, cela s'appelle le discrédit. C'est le grand retour en arrière !
Le maire de Limoux est réélu en 2014 avec 2232 voix. L'opposition toutes tendances confondues, obtient 2070 voix, auxquelles on peut ajouter les 220 votes blancs, et constater que M. Dupré, malgré son sourire de façade, n'a pas gagné mathématiquement les élections.
Sans l'assentiment de son électorat traditionnel, on peut même dire qu'il a très sérieusement régressé. Il ne faut pas être un grand politologue pour dire au Maire qu'il ne représente plus à Limoux un courant légitime... Pourtant il est élu ! Nous devrons supporter son image et sa superbe, trois ans encore... peut-être moins !

Paul Genois
2014.03.28 

marche arrière,retour en arrière,élections 1989,élections 2001,élections 2014,population de limoux,nombre d'inscrits

RETOUR DU DEBAT DEMOCRATIQUE A LIMOUX : INVITATION A L'INSTALLATION DU CONSEIL MUNICIPAL.

Cocarde Conseil Municipal1.jpg

Pierre BAC,
Les conseillers municipaux élus,
l'équipe de Limoux Renouveau,
vous invitent à fêter le retour du débat démocratique à Limoux
et vous convient à l'installation du groupe d'opposition
au sein du Conseil municipal.
le vendredi 28 mars 2014, à 18 heures 15
salle du Conseil municipal, premier étage, mairie de Limoux.

27/03/2014

LE CHÔMAGE EXPLOSE EN FEVRIER ET BAT UN NOUVEAU RECORD !

Dupré chômage.jpgparti socialiste,chômage,jean-paul dupré,mensonge permanent

Monsieur le président national des Missions locales pour l'emploi n'assume pas ! Chez nous, en février, 14 chômeurs de plus chaque jour !

Cumul des mandats :
"Qui trop embrasse mal étreint"

Ohé, Ohé capitaine Dupré,
réveillez-vous, le bateau coule !

Chez nous, en Février :
14 chômeurs de plus chaque jour !
Situation tragique.
Jean-Paul Dupré, président national des Missions locales pour l'emploi, abandonne le navire à la dérive !
La ville de Limoux frôle le record national des sans emploi !

Pôle Emploi - Logo.jpg
Février 2014 - Aude

Hausse de 1,6 % par rapport à la fin du mois de janvier  2014 en catégorie A.

A la fin du mois de février 2014, dans le département de l’Aude, 23 801 personnes sont inscrites à Pôle emploi en catégorie A.

Ce nombre est en hausse de 1,6 % par rapport à fin du mois de janvier 2014 (soit 382 demandeurs d’emploi supplémentaires). Sur un an, il augmente de 5,8 %. Sur l’ensemble de la région, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A augmente de 1% par rapport à janvier (+6,1 % en un an).

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C s’établit à 33 091 dans l’Aude à la fin du mois de février 2014. Ce nombre reste stable par rapport à janvier (soit 13 demandeurs d’emploi de moins). Sur un an, la hausse est de 4 %. Sur l’ensemble de la région, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C reste stable par rapport à janvier (+4,6 % en un an).

Source :
Observatoire Statistique
Pôle Emploi Languedoc-Roussillon

Pôle Emploi - Logo.jpgemploi,chômage,14 chômeurs par jour,statistiques du mois de février 2014emploi,chômage,14 chômeurs par jour,statistiques du mois de février 2014

IGNOMINIE ? UN MOT A RICOCHET !

 Ignominie ? Un mot à ricochet !

 Limoux Renouveau aurait fait une campagne ignominieuse, c'est-à-dire infamante au regard du Prince Sortant ! Nous ne sommes pas au Palais-Bourbon pour utiliser des mots qui n'intéressent personne...
C'est ignominieux de dire que nous voulons de la Limouxinité ?
C'est ignominieux de dire que nous payons trop d'impôts ?
C'est ignominieux de vous dire que vous êtes là depuis trop longtemps ?
L'infamie, par le travers de vos aboyeurs, vous l'avez mise à notre encontre sur la place publique...
L'infamie, à l'encontre de tous ceux qui étaient contre vous, vous l'avez perfusée au goutte-à-goutte auprès d'une partie de la population, pour salir une réputation, une profession, une intention démocratique.
L'ignominie, mettez là sur votre nombril : il enflera plus encore et vous permettra de ne plus avoir de limite dans l'absence de morale Républicaine. Il est vrai que, lorsque l'on reste Prince pour trois ans, on peut en 1000 jours pourfendre encore les principes de la Liberté d'expression. 

Paul Genois
2014.03.27

Mon souci.jpg

25/03/2014

LE SOCLE SOCIALISTE S'EST EFFRITE A LIMOUX ET LA STATUE DE JEAN-PAUL DUPRE A PERDU SES BOULONS !

Statue.jpg

Le socle socialiste s'est effrité à Limoux
et la statue de Jean-Paul Dupré a perdu ses boulons !

 Le peuple s'est exprimé dimanche. Il va permettre au maire-sortant d'entamer un cinquième mandat ; un mandat de trop qu'il n'achèvera certainement pas. Le temps qui passe sur toute chose, nous donnera t-il tort ou raison ?

Nous aurions évidemment souhaité un autre cas de figure, afin de tirer définitivement un trait sur ce long et triste épisode politique qui a conduit inexorablement notre ville vers sa dramatique décadence économique autant que démocratique.

Les citoyens d'une commune ont droit au respect, à la liberté d'expression, à la neutralité des bulletins municipaux ou de la presse, à la transparence des institutions ; en deux mots, à la morale et à l'honnêteté intellectuelle de leurs élus. La présence d'une opposition même faible au sein du nouveau Conseil municipal va redonner espoir aux 2070 votants des listes "Limoux Renouveau" et "Limoux à gauche, Enfin ", qui s'honorent d'avoir réintroduit la démocratie à Limoux.

Après avoir fait entendre un certain désespoir et la voix de leur défiance par rapport à la gestion totalitaire que nous dénoncions, ce sont 2067 abstentionnistes marqués par l'exemple, qui retrouveront demain le chemin des urnes, pour dire à Jean-Paul Dupré qu'il est grand temps de mettre un terme à son opulente carrière politique.

Le piédestal de Jean-Paul Dupré s'effondre, c'est le commencement de la fin car la statue perd un à un, tous ses boulons !

Jamais depuis le début de son potentat, le monarque local n'avait obtenu un si faible nombre de voix. Son échec est cuisant, irréversible, définitif ! L'autocrate en sa mairie perd 627 voix par rapport à sa première élection en 1989 ; 724 électeurs ne veulent plus de sa présence si l'on considère le scrutin de 1995 ; 683 votants se sont détournés de son nom depuis 2001.

En pourcentage, la faillite du système est aussi évidente. Avec seulement 51,88 % des suffrages exprimés, l'hégémoniste en son hôtel s'écroule et revient à ses premières armes, vingt-cinq ans en arrière ! Que d'énergie gaspillée, que d'enfumage, que de millions d'euros distribués en pure perte ! 

Jean-Paul Dupré va bientôt abandonner l'un ou l'autre de ses juteux mandats pour répondre aux exigences de la République ; nous devrons veiller à ce que les excipients et les palliatifs qu'il nous proposera ne rendent pas le médicament mortel ! 

 Gérard JEAN
2014.03.25

Résultats2.jpgStatue déboulonnée.jpg

LA FIN DES AUTISTES !

Démocratie4.jpg

La fin des autistes ! 

2070 Limouxins vont pouvoir désormais s'exprimer par le travers de leurs élus au Conseil municipal.

La muselière posée par "Limoux (PS) pour Tous" va tomber et la parole sera donnée à tous ceux qui ont envie de montrer leur différence.

En se démontrant ainsi dans une activité positive faite de propositions concrètes et d'opposition réaliste, les élus de Limoux Renouveau demeureront fidèles à leurs promesses de campagne pour mettre l'accent sur les lacunes et insister sur les nécessités.

Nous nous y étions engagés... nous poursuivrons dans ce sens, sans oublier que nous ne sommes que votre porte-voix. Il y aura désormais n'en doutez pas, des altercations dans cet hémicycle jadis ouaté et silencieux, qui permettait aux séances du Conseil municipal de se dérouler, sans mot dire, en moins d'une demi-heure pour soixante questions à l'ordre du jour !

2070 Limouxins vont recouvrer la parole ! Ce n'est pas rien quand on sait que durant tant d'années nos concitoyens furent considérés comme des autistes. Ils n'avaient le droit, tels les trois petits singes, que de fermer les yeux, la bouche et les oreilles. Un temps que nous espérons révolu. Nous nous y emploierons avec M. Carré !

Paul Genois

2014.03.25 

Démocratie3.jpg

23/03/2014

Résultats des élections municipales et des élections communautaires du 23 mars 2014.

Résultats du scrutin du 23 mars 2014

Merci ! 

Nous remercions chaleureusement les 1581 électeurs qui ont porté leur choix sur la liste "Limoux Renouveau" de Pierre Bac et les 489 électeurs qui ont voté pour la liste "Limoux à gauche, enfin" soutenue par Jean-Didier Carré et Marie-Jeanne Rivéra.
Nous encourageons les 2067 abstentionnistes qui se sont écartés de la politique totalitaire conduite par Jean-Paul Dupré, à retrouver demain le chemin des urnes.
Ce sont 4137 personnes, dont la plupart figurent sur les listes noires tenues depuis vingt-cinq ans par les municipalités Dupré, qui ont courageusement redonné une démocratie aux Limouxins. 
Du plus profond du cœur Merci !   Nous avons aimé votre sursaut, nous vous aimons comme Limoux notre Ville !
 

Résultats1.jpgRésultats3.jpgRésultats4.jpg

21/03/2014

THEORIE DU GENRE OU MELANGE DES GENRES !

Jean d'Ormesson.jpg

 Théorie du genre ou mélange des genres !

Le député-maire de la ville est une personnalité à la "matière grise" très complexe, semblable à celle de ces très rares génies qui ont bouleversé l'humanité, mais comparable également au cerveau de ces malheureux surdoués de l'intellect qui basculent subitement dans la démence et se trouvent internés depuis deux cents ans à l'asile des aliénés de Limoux. 
Tout chez cet homme n'est que contradiction ! Tout n'est que démagogie ! Tout n'est que ruse et mensonge ! Chez cet homme, tout est illisible, rien ne se comprend ! Tout chez cet homme n'est qu'illusion ! Tout n'est que tromperie ! Le subterfuge est chez lui un vice profond de l'existence ! 
Jean-Paul Dupré est socialiste nous dit-il ; après tout pourquoi pas ! Mais alors qu'il est devenu en quarante ans de vie politique l'une des premières fortunes du département, nous ne l'avons jamais vu distribuer, même parcimonieusement, sa richesse. Par contre il ne se prive jamais de nous faire payer, au delà même de ce qui est légal, ses stupéfiantes notes de frais !
Nous voulons tous sans exception être socialistes à la mode de Jean-Paul Dupré ! Comme lui nous dénaturerons toute forme de travail productif, nous embrasserons aux pieds les pauvres, les malheureux, les indigents ; l'assistance publique, généralisée et redevable, nous permettra comme il nous l'enseigne, de garantir la fidélité de notre électorat !
Le député Jean-Paul Dupré a voté pour que deux hommes ou deux femmes puissent se marier pour engendrer et procréer ensemble ! Sa loi est contre nature ! Tout être humain est issu de l'amour d'un homme et d'une femme. Tout enfant a le droit d'avoir un papa et une maman ; c'est le plus grand et le plus beau principe du genre humain. Tout esprit contraire relève de la décadence.
Jean-Paul Dupré ne dénonce pas aujourd'hui la théorie du genre. Il se propose d'expliquer demain à nos petits élèves, qu'un garçon c'est pareil qu'une fille ; que la nature n'a pas différencié leur sexe ; qu'un papa, c'est comme une maman ; qu'un homme au visage blanc, ressemble sinon par son intelligence, du moins par son physique à un homme au visage noir !
Allez, la campagne du premier tour des élections municipales s'achève. La présentatrice vedette de la Météo, chère au cœur de certains Limouxins l'annonce : le week-end sera beau et ensoleillé. Profitez-en pour aller voter et mettre dans l'urne sans blanc ni ratures le bulletin de la liste "Limoux Renouveau" ou celui de la liste "Limoux à gauche, enfin" selon votre intime conviction. à bientôt. 

Gérard JEAN

2014.03.20

Taubira.jpgBilan Hollande.jpgConseil municipal.jpgTotalitarisme.jpg

Adieu "Momo"

Au revoir1.jpg 

Adieu "Momo" ! 

Coucou, c'est moi, Paul Genois, et je m'adresse à "Momo" pour la dernière fois ! C'est tout de même curieux qu'après avoir "tagué" lui même la façade de sa maison, "Momo" n'ait pas réfléchi d'une manière intellectuelle aux mots utilisés à son encontre durant cette campagne électorale ! 

Je résume : un nègre est quelqu'un qui écrit à la place d'un autre... Quant à la négritude revendiquée par M. Aimé Cézaire, elle possède en littérature une grande valeur symbolique qui permit à certains ignares dont je vous compte, de comprendre ce qu'est une Culture. 

Il est vrai que vous n'en avez aucune, piochant de ci, de là, au hasard de vos pérégrinations en France, un semblant d'éducation... Mais la Culture, c'est comme la confiture, moins on en a et plus on l'étale ! 

Dès ce week-end, vous allez rentrer dans l'oubli d'où vous n'auriez jamais dû sortir ! 

Adieu "Momo", rendez-vous dans six ans, si vous êtes toujours Limouxin... Paul Genois, c'est sûr, sera encore dans ses murs !  

Paul Genois

2014.03.21

Au revoir2.jpg

19/03/2014

MON DIEU, PARDONNEZ LEUR, ILS NE SAVENT PLUS CE QU'ILS FONT !

 Le Monument aux Morts pour la France est un thème de Carnaval de la dernière ignominie !
Tout n'est pas permis, M. Dupré
en période de Carnaval !

Jean-Pierre Tailhan et Jean-Paul Dupré se moquent de l'Artiste, bafouent la Culture, insultent les Morts pour la France, portent en dérision sur la place publique notre Hymne national. 

   jean-paul dupré,jean-pierre tailhan,monument aux morts,artiste,culture,ignominie,avenue fabre-d'eglantine,esplanade françois mitterrand,général chanzy,général petiet   jean-paul dupré,jean-pierre tailhan,monument aux morts,artiste,culture,ignominie,avenue fabre-d'eglantine,esplanade françois mitterrand,général chanzy,général petiet 

Après avoir tout détruit de l'économie locale, vidé le centre historique de notre ville de toute activité professionnelle ; non contents d'avoir démoli le patrimoine cher aux Limouxins, laissé fuir vers d'autres cieux les services publics de première nécessité ; créé un véritable désert sanitaire où les soins de première urgence ne sont même plus assurés ; voila que nos fiers à bras Jean-Pierre Tailhan et Jean-Paul Dupré se moquent de l'Artiste, bafouent la Culture, insultent les Morts pour la France !
Leur dernière ignominie consistera tout simplement à déplacer le monument aux Morts de la guerre de 1914-1918, de l'avenue Fabre-d'Églantine vers l'esplanade François-Mitterrand, s'ils sont par malheur une nouvelle fois élus.
Ignares ils sont, incultes ils resteront, c'est là notre triste infortune ! Nous devons tout apprendre à ces spoliateurs de la chose publique. Leur dire par exemple tout le respect que nous devons au prodigieux sculpteur Paul Dardé !
Parce qu'ils n'ont pas reçu cette instruction qui leur fait à tout moment défaut, nous devons expliquer à Jean-Pierre Tailhan et à Jean-Paul Dupré, comment et dans quelles conditions, un artiste de grand renom conçoit un chef-d'œuvre et sa haute valeur symbolique.
Faut-il leur rappeler qu'un monument érigé par souscription publique, avec l'assentiment de tout un peuple, ne se détruit pas, ne se déplace pas, sauf dans les pays totalitaires de triste mémoire.
Est-il nécessaire de dire à ces messieurs, amuseurs de tapis à l'ego surdimensionné, qu'un artiste est propriétaire de son œuvre bien sûr, de sa position, de son élévation, mais également de l'environnement pour lequel elle a été précisément imaginée, adossée au cimetière Saint-Martin, face au carré des soldats Morts pour la France, près de la chapelle du Crucifix !  
Jean-Pierre Tailhan, qui voudrait paraît-il succéder à Jean-Paul Dupré lorsque ce dernier sera obligé de démissionner pour satisfaire aux lois de la République, s'amuse avec le monument aux Morts de la guerre de 1914-1918, jusqu'à en faire un thème de Carnaval et porte en dérision sur la place publique notre Hymne national.
Ces individus de basse nature ne méritent plus le port de l'écharpe tricolore qu'ils arborent. Pour justifier leur funeste projet, ils mentent effrontément en faisant croire que la position actuelle du monument a été la cause d'accidents de la circulation, de morts et de blessés, ce qui n'a jamais été le cas !
Bien au contraire, l'arrêt de la circulation, deux ou trois fois par an ainsi que la chaussée barrée par les cordons militaires, sont des actes forts de profond recueillement auxquels adhèrent pieusement et respectueusement les automobilistes.
Nous pouvons également suggérer à ces têtes décidément bien bornées, d'utiliser pour la commémoration de toutes les guerres, le très rare et magnifique monument aux Morts à l'effigie du général Chanzy, lui aussi érigé par souscription publique en l'honneur des héros de 1870. Il se trouve sur l'esplanade du Tivoli, ce qui permettrait de ne pas détourner la circulation, n'est-ce pas M. Tailhan ?
Enfin, plutôt que de voir dépenser l'argent que vous n'avez pas, ou des subventions qui vous seront attribuées, pour un ridicule déplacement de monument, nous préfèrerions que soit remis en état dans le cimetière, le carré des Morts pour la France que vous abandonnez sans respect, ou que soit apposée une plaque sur la tombe du célèbre général Petiet que vous ne connaissez sûrement pas, n'est-il pas vrai, M. Tailhan ? 

Gérard JEAN

2014.03.19

Monument aux Morts.jpg

LIMOUX RENOUVEAU : 20 MARS 2014, REUNION DE CAMPAGNE DU QUARTIER SAINT-ANTOINE.

 Eléctions municipales.jpg
Pierre Bac et les Colistiers de
LIMOUX RENOUVEAU
ont le plaisir de vous convier,
à la réunion de campagne
du quartier Saint-Antoine
Salle de la rue Voltaire, à Limoux
JEUDI 20 MARS 2014
dès 18 heures 30Eléctions municipales.jpgListe Limoux Renouveau2.jpgEléctions municipales.jpgBac Pierre - Tête de liste.jpgEléctions municipales.jpg

OUI JE VOTE, A LIMOUX LES 23 ET 30 MARS 2014 POUR PIERRE BAC ET SON EQUIPE !

Eléctions municipales.jpgOui je vote.jpg
NOUVEAU MODE DE SCRUTIN
MODE D'EMPLOI SUR LE SITE DU GOUVERNEMENT : OUI JE VOTE
http://media.interieur.gouv.fr/ouijevote/index.html#.UymNa_l5MXw
 Eléctions municipales.jpg

IL VA FAIRE "BANQUETTE" !

 Il va faire "banquette" ! 

Parce qu'il veut jouer tout seul, sans aucune harmonie avec son équipe, le voici mis sur la liste des transferts.
Fin de saison pour lui dès le 1er Avril et ceci n'est pas un "Poisson" ! C'est sans doute la fin de sa carrière en première ligne.
Peut-être trouvera-t-il du côté d'Argelès ou de Davejean une place sur le banc des remplaçants, mais dans tous les cas d'espèce, il ne sera désormais que suppléant, ce qui fera sourire celles et ceux qui furent toujours derrière son "tenu"...
Ainsi va la vie pour quelqu'un qui n'a toujours regardé que le score, sans prendre en compte les desiderata des supporters, désertant les tribunes pour fuir l'agonie d'une fin de match.
L'arbitre - en l'occurrence le peuple - va siffler la fin de la partie !
Il n'y aura pas de prolongation ni d'ambiance dans les vestiaires, surtout lorsqu'il faudra après le maillot se coltiner la "veste" ! Supportera t-il alors de faire "banquette" ?

Paul Genois

 

Banc de touche.jpg

17/03/2014

LE MOULIN DE SAINT-PIERRE DE FLACIAN, SAUVEGARDE PAR LE CHIRURGIEN-DENTISTE PIERRE BAC, EST LE PLUS ANCIEN VESTIGE ARCHEOLOGIQUE DE LIMOUX !

Le moulin de Saint-Pierre de Flacian,
sauvegardé par le chirurgien-dentiste
Pierre Bac, candidat aux élections municipales,
est le plus ancien vestige archéologique de Limoux.
 

Saint-Pierre de Flacian.jpg  

Vers la fin du IXe siècle, Flacian est une villa, traversée par le chemin de Carcassonne, où se trouvent déjà une église dédiée à saint Pierre et des moulins à farine. Pourtant, les crues sont en ce lieu violentes et redoutables, au printemps et à l’automne, saisons du double maximum pluviométrique. Deux chartes relatives à des moulins situés in flumine Alde prévoient le cas de leur destruction par une subite montée des eaux. C’est d’ailleurs après une succession de grandes inondations, que le moulin de Saint-Pierre de Flacian sera abandonné par les religieuses du monastère de Prouille, le 3 mars 1728 ; la chaussée de Marceille ayant été emportée[1]. 

Dès qu’ils pénètrent progressivement et s’installent dans la région comprise entre Carcassonne et Limoux, vers 1133, les Templiers vont trouver le moyen d’acquérir des possessions considérables le long des rives de l’Aude, en amont de Carcassonne jusqu’aux portes d’Alet ; en aval jusqu’à Douzens. D’après les cartulaires, qui constituent la seule source aisément consultable lorsqu’il s’agit de retracer l’histoire des Pauvres Chevaliers du Christ, ces derniers se préoccupent très vite de construire des moulins, d’en recevoir en donation ou de mettre en fonctionnement ceux qui existent sur leurs nouvelles terres.  

Il est fort possible que les Templiers, possesseurs de bien fonciers importants à Limoux, notamment entre le terroir de Notre-Dame de Marceille et celui de Notre-Dame de Salles, aient trouvé sur leur fief, le moulin de Saint-Pierre de Flacian qui  apparaît très tôt dans les textes anciens puisqu’on le reconnaît pour la première fois dans une charte de Carloman, fils de Louis II le Bègue. En l’an 881, le roi de France offre la ville de Limoux avec son église de Sainte-Eulalie ainsi que le lieu de Flacian avec ses moulins à farine[2], à l’église Saint-Just et aux archevêques de Narbonne. 

Mais de toute manière, ce sont les actes des Templiers qui nous renseignent au mieux sur le statut des meuniers du XIIe siècle, sur leurs techniques, sur le fonctionnement des moulins à eaux, équipés de meules bladières ou drapières, sur la terminologie et leur vocabulaire. 

Un moulin, celui de Saint-Pierre de Flacian par exemple, dont les écrits conservent la trace depuis près de douze siècles, est construit dans le molinare ; c’est-à-dire l’endroit où se trouvent les greniers à gerbes et la paille, la maison du meunier, un jardin parfois ; autrement dit, le molinare est l’ensemble formé par un ou plusieurs  moulins groupés et leurs dépendances (Molinare Sancti Petri de Flassiano). 

A la différence des moulins construits sur les fleuves larges et puissants, ceux de l’Aude et de ses affluents sont des moulins-terriers. C’est certainement la raison pour laquelle les vendeurs, donateurs ou loueurs offrent une rive, parfois les deux, faisant corps avec leurs installations. Les « cabedacs » ou caput aquis, évoqués si souvent, apparaissent comme des « prises », et doivent correspondre aux canaux d’amenée d’eau branchés sur la rivière. Ces biefs sont probablement munis de vannes qui permettent l’assèchement des rigoles lorsqu’il devient nécessaire de procéder à leur nettoyage ou lorsque les moulins doivent être entretenus et réparés. Voilà pourquoi les actes anciens, indiquent presque toujours que l’accès aux moulins est possible, soit du côté de la rivière, soit du côté de la berge. 

 Ainsi peut-on comprendre le rôle de la paxeria ou paissière. Il s’agit bien d’une digue destinée à discipliner l’eau en amont de façon à augmenter la puissance de son courant et la force de sa chute sur la roue des moulins. Le molinare s’étend donc sur les deux rives quand elles sont adéquates. Sur chacune un port est construit, comparable à ceux que l’on peut encore observer à Limoux, en amont du Pont-Vieux, bien qu’ils soient en grande partie ruinés. L’usine forme un ensemble important avec son canal de fuite, ses biefs d’amenée, ses deux, trois, parfois six moulins et ses bateaux permettant le passage aisé d’un côté à l’autre en toutes saisons. Le moulin proprement dit est assez rudimentaire. La rotation de l’arbre horizontal entraîné par la roue à aubes est transmise vers l’arbre vertical commandant la meule, comme au XVIIIe siècle encore, au moyen d’un système d’engrenages en bois. 

Si l’on en juge par les cens et droits d’usage auxquels ils sont soumis, les moulins constituent une source d’abondants revenus. En l’an 1198, et dans le courant du mois d’octobre, l’abbé du monastère de Notre-Dame d’Alet et sa communauté donnent en tant que fief à Pierre Serny, le tiers du moulin de Saint-Pierre de Flacian[3] et d’autres possessions, aux alentours de Limoux. En l’an 1204, et le 5 des ides d’octobre, le notaire Raymond Guilhem enregistre un acte par lequel le même religieux loue à Bernard de Flassa et à Pierre Villemartin, une roue du moulin-drapier dans le cazal des moulins de Saint-Pierre de Flassa, sur la rivière d’Aude, moyennant la censive[4] d’un setier de froment et d’un setier d’orge évalués d’après nos mesures locales. Le 7 des calendes de juin de l’an 1209, le syndic du monastère d’Alet donne à ferme à Bernard de Flassa, le tiers de trois meules du moulin de Saint-Pierre, un champ au dit terroir ayant appartenu à Raymond d’Alzonne et tout ce que le monastère possède à Luguel, pour une durée de six ans et pour le prix de 2500 sols melgoriens. C’est le notaire Raymond de Coufoulenc qui rédige le bail. 

Comme les terrains à bâtir, les moulins, à cause de l’importance de leurs revenus, sont soumis à des cascades d’accensements. D’après un acte du notaire Arnaud Olive : au mois de novembre de l’an 1224, Roger et Raymond Bernard de Flassa vendent à Guillaume Vidal de Malras tous les droits qu’ils possèdent sur le quart d’une roue dans le cazal des moulins de Saint-Pierre de Flassa sur la rivière d’Aude, relevant du monastère d’Alet, moyennant trois emines de blé, réparties pour moitié en froment et pour moitié en orge, mais ils se réservent sur le dit moulin, un setier de blé, composé pour moitié de froment et pour moitié d’orge.  

En 1245, et le 18 des calendes de janvier, l’abbé d’Alet et sa communauté donnent à fief au monastère de Prouille tous les droits qu’ils possèdent sur le moulin, dans le dîmaire de Saint-Pierre de Flassa, dans l’archidiaconé[5] du Razès,  au diocèse de Narbonne, moyennant la censive annuelle de douze setiers de froment et douze setiers d’orge. La même année, et le 3 des ides de septembre, le syndic du monastère de Notre-Dame d’Alet, confirme qu’il baille à fief au monastère de Prouille, le moulin de Saint-Pierre de Flassa construit sur la rivière d’Aude, moyennant la censive annuelle et perpétuelle de douze setiers de blé et douze setiers d’orge, décomptés d’après les mesures en vigueur pour la ville de Limoux. L’acte est reçu par le notaire Amalric. 

Finalement, le moulin de Saint-Pierre de Flacian est abandonné au monastère de Prouille par les moines d’Alet. Un acte de l’an 1245 contient le bail et la donation. La prieuresse et le couvent des religieuses du monastère de Notre-Dame de Prouille, au diocèse de Toulouse, reçoivent tout ce que l’abbé d’Alet possède au lieu dit Saint-Pierre de Flassan, au diocèse de Narbonne, sur la rivière d’Aude. Ces biens comprennent un moulin avec ses canaux et ses paissières. Le monastère de Prouille pourra en jouir perpétuellement et il aura la faculté d’édifier et de construire, depuis ce moulin de Flacian jusqu’au moulin d’Udalger, à l’endroit qui lui semblera favorable, un cazal de moulins équipé d’un nombre approprié de meules bladières et drapières. Dans l’étendue ou la limite choisie, aucun autre cazal de moulins n’y aucune digue qui pourraient être préjudiciables à la donation ne pourront être bâtis. Cependant le monastère d’Alet se réserve, outre la seigneurie directe, une censive annuelle et perpétuelle de douze setiers de froment et de douze setiers d’orge évalués d’après les mesures de la ville de Limoux[6] 

Presque aussitôt cependant, quelques différends apparaissent. Une interminable bataille juridique va opposer pendant des siècles, les tenants et les bailleurs. Il faut croire que l’intérêt des parties est bien supérieur aux quelques setiers, représentant tout au plus 1836 litres de céréales. Cette rente en nature, bien qu’elle soit annuelle et perpétuelle, ne peut à elle seule justifier les luttes de prédominance auxquelles participent les plus hautes autorités religieuses de la région, conciliées lorsqu’il le faut par le pape. Ainsi, dès le 3 des ides de septembre, en 1247, l’abbé d’Alet et sa communauté confirment qu’ils donnent à fief au monastère de Prouille tous les droits qu’ils avaient sur le moulin de Saint-Pierre de Flassa, les appartenances et dépendances, moyennant l’invariable censive, stable dans sa quotité ; mais le 12 des calendes d’avril, en 1249, ils doivent en appeler à des arbitres au sujet des disputes et désaccords qui non seulement les divisent, mais encore les opposent à l’archevêque de Narbonne.  

 Le 5 des calendes de mai, en l’an 1249, le pape Innocent IV confirme la permission du monastère d’Alet, donnée au monastère de Prouille, autorisé à faire construire le cazal du moulin de Flacian sur la rivière d’Aude, moyennant une redevance annuelle qui semble finalement être réglée pour la première fois aux ides d’octobre. Il faudra toutefois, bien plus qu’une décision pontificale, avant de parvenir aux fins d’une conciliation. Le 11 février 1251, un nouvel arbitrage doit avoir lieu et un compromis est proposé à Pierre de Polhes, chanoine de Narbonne ainsi qu’au frère Durand, de l’ordre des Frères Prêcheurs, afin de tenter l’éradication du différend qui persiste au sujet du moulin assis sur la rivière d’Aude, au lieu de Flassan, mais encore sur certains biens situés sur la commune d’Alaigne.  

Le 3 juin 1252, l’abbé du monastère d’Alet concède par échange, au sieur Guillaume, archevêque de Narbonne, les droits de seigneurie, de juridiction et de censive qu’il possède au moulin de Saint-Pierre de Flassan, sur la partie de rivière et les payssières qui en dépendent, ainsi que les 12 setiers de froment et les 12 setiers d’orge, versés annuellement par le monastère de Notre-Dame de Prouille, locataire du fief. En contre-échange de quoi, l’archevêque et le chapitre de l’église de Saint-Just de Narbonne, nouveaux propriétaires du moulin de Flacian, abandonnent au monastère d’Alet, les droits de dîme détenus au lieu et sur l’église de Loupian, au Razès, évalués annuellement à 42 setiers d’orge. 

Le 10 des calendes de juillet, soit le 22 juin 1252, les religieuses du royal monastère de Prouille, veulent transiger au sujet de la censive due sur le moulin de Saint-Pierre de Flacian, près de Limoux, à Guillaume, archevêque de Narbonne ; mais aussi pour les églises et les dîmes de Limoux, Taix, Tonneins, Lasserre, Gratelauze, Brazilhac, Fontazeles et Fenouillet ; les héritages de Guillaume Barrau et Guillaume de Durfort. Elles s’accordent ou font semblant d’accepter la sentence arbitrale rendue par Pierre de Poaleriis, chanoine-archiprêtre de Narbonne et le frère Pierre Durand de l’ordre des Prédicateurs. En réalité, les discussions occuperont les clergers régulier et séculier pendant presque quatre cents ans. 

Pourtant les termes de la sentence voulent confirmer les donations et concessions faites par les sieurs Bringuier, Arnaud et Pierre, archevêques de Narbonne et par les sieurs Conrad et Romain, cardinaux et délégués du Siège apostolique au monastère de Prouille de l’église Saint-Martin de Limoux, avec les dîmes et prémices du terroir de Limoux et du terroir de Taich, au diocèse de Narbonne, dans le Razès. Le monastère de Prouille doit payer annuellement, à la fête de Notre-Dame d’août, à l’archevêque de Narbonne ou à ses successeurs, en beau grain, douze setiers de froment et douze setiers d’orge, dont la mesure de Limoux équivaut à 76,5 litres, pour la censive du moulin de Flacian, plus six setiers d’orge pour la censive de la payssière et de la rive concédées du côté de Notre-Dame de Marceille. L’archevêque de Narbonne laisse établir librement le moulin, selon l’accord conclu en 1245 avec l’abbé d’Alet. 

Le 15 des calendes de décembre, en l’an 1262, Guy de Serrac, chevalier, vicaire de M. l’archevêque de Narbonne dans le Razès, cède au monastère de Prouille une pièce de terre située dans le dîmaire de Saint-Pierre de Flassa, devant le moulin, au voisinage de l’Aude, du ruisseau de Girondelle et d’un terrain ayant appartenu à Bernard de Flassa. En l’an 1266 et le 2 des calendes de janvier, devant le notaire Arnaud Castagner, Raymond Guiraud, blancher de Limoux, fait donation au monastère de Prouille de tout le droit qu’il possède sur le moulin de Saint-Pierre de Flacian. Un cahier daté de l’an 1327, contient l’information agitée devant l’archiprêtre de Narbonne, concernant un conflit latent persistant, entre le procureur du monastère de Prouille et le trésorier de l’archevêque, ayant trait à la forme, comme aux modalités du paiement de la rente du moulin de Flassan. Le mercredi après la fête de tous les saints, en l’an 1338, le notaire Arnaud Catala consigne un accord intervenu entre le syndic de Prouille, Raymond Boyer et les héritiers de Bernard Cerny, au sujet d’un différend concernant la chaussée du moulin de Flacian qui les opposait. Le 26 février 1419, Jeanne, veuve de Jacques Samson, avocat de Limoux, reçoit du monastère de Prouille la somme de 30 sols tournois pour le prix des droits qu’elle possédait sur le moulin de Flacian qu’elle avait vendus audit monastère. Elle en donne bonne et valable quittance au notaire Roger Bonet de Prince qui reçoit l’acte. 

Les dépouilles des criminels sont parfois exposées devant les moulins de la ville, endroits fréquentés, lieux de passage, petite juridiction où se dit le droit de la consommation, où se respectent les usages séculaires, où se trouvent les symboles les plus puissants de l’honnêteté et de la vie. Ainsi, le 28 mars 1515, les consuls de Limoux condamnent Michel Barquedana à la peine capitale. Le voleur est extrait de sa prison, la corde au cou, pour être exhibé et conduit avant son supplice dans tous les quartiers, puis au pilori de la Place. Là, l’exécuteur de haute justice lui tranche le poing droit qui sera empalé devant le moulin d’amont de monsieur de Narbonne, appelé le moulin Martelhent où a été commis le vol. Ensuite le bourreau lui tranche la tête pour qu’elle soit empalée devant le moulin de Flacian, sur le chemin conduisant à Carcassonne. Le reste du corps sera porté et pendu aux fourches patibulaires de Taich[7]. 

Le 21 juillet de l’an 1562, l’archevêque de Narbonne obtient des lettres de la chancellerie du palais à Toulouse pour contraindre le monastère de Prouille a lui payer 36 setiers de blé et 34 setiers d’orge qu’il lui doit au titre de la censive du moulin de Flacian. Le receveur de M. l’archevêque de Narbonne[8] déclare avoir reçu en date du 24 avril 1566 du monastère de Prouille, 6 setiers de blé et 12 setiers d’orge pour la rente du moulin de Flacian, au titre de l’année 1565. De l’an 1603, on conserve une transaction, par laquelle le monastère de Prouille s’oblige à consentir en faveur de l’archevêque de Narbonne, une reconnaissance féodale du moulin de Flacian et de la chaussée de Marceille[9]. 

Depuis la transaction du 22 juin 1252, le monastère de Prouille doit sur le moulin de Flassa une censive annuelle de 12 setiers de blé et de 12 setiers d’orge et pour la chaussée, la payssière et le droit de rive concédé du côté de Notre-Dame de Marceille, une censive annuelle supplémentaire de 6 setiers d’orge. L’archevêque de Narbonne qui ne perçoit pas son loyer de façon régulière doit se plaindre en 1614 devant les requêtes du palais à Toulouse. Ce tribunal rend un premier jugement interlocutoire au mois de février 1622, puis un second le 5 juin 1633 confirmé enfin par un arrêt définitif du 13 avril 1635.  

Sur l’exécution de cet arrêt, les parties transigent le 30 janvier 1636. Un acte retenu par Antoine Bessière, notaire de Toulouse, fait état d’un accord intervenu entre le seigneur Claude de Rébé, nouveau archevêque de Narbonne et le monastère de Prouille, portant sur la reconnaissance féodale du moulin de Flassa ainsi que sur la chaussée de Notre-Dame de Marceille. Tous les arrêtés obtenus par l’archevêque conservent leurs effets, les frais et les arrérages réduits forfaitairement doivent être réglés à l’amiable, alors que la censive annuelle et perpétuelle reste fixée à 12 setiers de blé et 18 setiers d’orge, évalués d’après la mesure de Limoux. 

Le litige n’est pas réglé pour autant. Les procédurières religieuses du royal monastère de Prouille ne s’acquittent, ni du montant des frais convenus, ni des intérêts de retard ; si bien que le sieur Jean Baptiste Vergé, chanoine de l’église Saint-Just de Narbonne, représentant l’archevêque, fait saisir les revenus du monastère. La toute puissante abbesse prieure interjette toutefois appel aux requêtes du palais à Toulouse qui par jugement du 20 septembre 1661 casse les effets de la saisie et condamne le sieur Vergé aux dépens. 

Madame l’abbesse prieure de Prouille conteste encore tous les jugements qui avaient été rendus contre son monastère au sujet de la censive du moulin de Flacian, elle obtient une requête civile admise par un arrêt du parlement de Toulouse rendu le 22 août 1662. En 1663 et le 23 juin, un nouvel arrêt du même parlement ordonne au sieur Jean-Baptiste Vergé, chanoine de Narbonne, de remettre le contrat d’afferme des revenus de M. l’archevêque de Narbonne pour la ville de Limoux. 

Enfin, le 14 août 1668, au terme d’un large demi-siècle de procédures, le parlement de Toulouse, disant droit définitivement aux parties, ordonne l’exécution de l’arrêt du 13 avril 1635 concernant la censive du moulin de Saint-Pierre de Flacian due à messieurs les archevêques de Narbonne par les obstinées et tenaces religieuses du monastère de Prouille. Ces dernières abandonneront finalement l’usine, le 3 mars 1728 comme nous l’avons vu ; la chaussée de Notre-Dame de Marceille ayant été emportée après une inondation. 

 Sur le tracé du compoix terrier de la ville de Limoux, le moulin est encore mentionné en 1753. Il résiste et semble encore fonctionner vers 1862 lorsqu’il appartient à Barthélemy Castel. La grande crue du 25 octobre 1891 le met une fois encore à mal et le sieur Denille, alors propriétaire, ne peut le reconstruire. Vers la fin du XIXe siècle, Bareil se porte acquéreur des ruines et souhaite relever le barrage, cependant il ne peut obtenir de l’administration les autorisations nécessaires. 

Les vicissitudes du moulin de Saint-Pierre de Flacian s’achèvent. Les pierres les plus anciennes attestées dans notre ville, sont aujourd’hui préservées du désordre et de l’oubli par le chirurgien-dentiste Pierre Bac, nouveau détenteur du droit de sauvegarde. Quand bien d’autres conçoivent leur action par la démolition et n’ont de cesse jusqu’à détruire, il conserve et reconstruit. Une part non négligeable de la reconnaissance publique lui revient.

Gérard JEAN
Président de l'association Mémoire Historique de Limoux
Président de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres
Chevalier de l'ordre des Palmes Académiques
Médaille d'Or de la Jeunesse et des Sports.


 [1] - Annales du prieuré de Notre-Dame de Prouille, Edilbert de Teule, 1902, Bonnafous-Thomas, Carcassonne, p. 535.
[2] - Histoire générale de Languedoc, dom Claude Devic et dom Joseph Vaissete, t. II, p. 683.
[3] - Brevet et répertoire des titres, papiers et documents, contenus dans les archives du Royal monastère de Prouille, Tome III, contenant les titres de Limoux, de Lasserre, Tonens, Brezillac et Villeneuve près Montréal, 1788, A.D.A H 514.
[4] - Redevance due au seigneur d’un fief.
[5] - Partie du diocèse gérée par un vicaire général.
[6] - Cartulaire de Notre-Dame de Prouille, tome II, Jean Guiraud, 1907, Alphonse Picard et fils, éditeurs, Paris.
[7] - Règlements et sentences consulaires de la ville de Limoux, Louis Alban Buzairies, 1852, Imprimerie J. Boute,  Limoux, pp. 5 et 6.
[8] - Brevet et répertoire des titres, papiers et documents, contenus dans les archives du Royal monastère de Prouille, Tome III, contenant les titres de Limoux, de Lasserre, Tonens, Brezillac et Villeneuve près Montréal, 1788, A.D.A H 514.
[9] - Annales du prieuré de Notre-Dame de Prouille, Edilbert de Teule, 1902, Bonnafous-Thomas, Carcassonne, p. 371.

 Moulin2.jpgMoulin1.jpgMoulin3.jpgIgnare ou inculte.jpgPont-Neuf.jpgPont-Neuf1.jpgPont-Neuf2.jpgPont-Neuf3.jpg

ENTRE 2008 ET 2014, LIMOUX A ETE LA SEULE VILLE SOUS-PREFECTURE DE FRANCE SANS OPPOSITION MUNICIPALE !

Sans opposition.jpgDupré - Multi1.jpgTotalitarisme.jpglimoux,seule ville sous-préfecture,sans opposition municipale,pensée unique,démocratie,jean-paul dupré,totalitarismelimoux,seule ville sous-préfecture,sans opposition municipale,pensée unique,démocratie,jean-paul dupré,totalitarisme

LIMOUX RENOUVEAU : 18 MARS 2014, REUNION DE CAMPAGNE DU QUARTIER DE FLASSIAN.

 Eléctions municipales.jpg
Pierre Bac et les Colistiers de
LIMOUX RENOUVEAU
ont le plaisir de vous convier,
à la réunion de campagne
du quartier de Flassian
Salle de la rue des Ecoles, à Limoux
MARDI 18 MARS 2014
dès 18 heures 30Eléctions municipales.jpgListe Limoux Renouveau2.jpgEléctions municipales.jpgBac Pierre - Tête de liste.jpgEléctions municipales.jpg

LIMOUXINES, LIMOUXINS, LAISSEZ-VOUS GUIDER !

Laissez-vous guider.jpgsocialisme,politicien jean-paul dupré,combien gagne,millions d'euros,laissez-vous guider,limoux(ps) pour toussocialisme,politicien jean-paul dupré,combien gagne,millions d'euros,laissez-vous guider,limoux(ps) pour tousRose socialiste fanée.jpg

15/03/2014

EN PROJET DEPUIS 37 ANS, EN CHANTIER DEPUIS 1 AN, LA RUE PETIET NE SERA PAS INAUGUREE LE 23 MARS 2014... NI LE 30 MARS 2014 !

Rue Petiet3.jpgRue Petiet2.jpg

POURQUOI M. DUPRE NE DIT-IL PAS LA VERITE AUX LIMOUXINS ?

Eléctions municipales.jpgLimoux à gauche, enfin !.jpg

10 milliards d'€, c'est ce que coûtera aux collectivités locales l'exonération pour les patrons des 30 milliards
de cotisations familiales.

4,5 milliards d'€, c'est la baisse des dotations aux collectivités,
étalée sur 3 ans.

Comment feront les communes ?

Soit les projets annoncés ne se feront pas !
Soit les impôts locaux augmenteront fortement !
Soit il y aura des suppressions de postes et des diminutions
des services publics !

Au lieu de combattre cette politique, M. Dupré l'approuve
en tant que député et cache la vérité aux Limouxins.

Les 23 et 30 mars, donnez une voix à votre colère !

http://limoux.gauche.enfin.free.fr
Limoux.gauche.enfin@free.fr
04.68.31.04.72 - 04.68.31.56.20

Assemblée Citoyenne.jpglimoux à gauche,enfin,assemblée citoyenne,vérité aux limouxins,donnez une voix à votre colère,21 mars 2014limoux à gauche,enfin,assemblée citoyenne,vérité aux limouxins,donnez une voix à votre colère,21 mars 2014

13/03/2014

DEPUIS 37 ANS, JEAN-PAUL DUPRE DETRUIT A LIMOUX TOUTE FORME D'EXPRESSION ET D'OPPOSITION : CELA S'APPELLE LE TOTALITARISME !

Totalitarisme.jpg

11/03/2014

CAUCHEMAR : VISION D'UN SCENARIO CATASTROPHE ! ET SI CE PAUVRE JEAN-PIERRE TAILHAN DEVENAIT UN JOUR MAIRE DE LIMOUX ?

Mensonge.jpg 
Cauchemar : vision d'un scénario catastrophe !
Et si ce pauvre Jean-Pierre Tailhan devenait un jour
maire de Limoux ?
 

La loi sur le cumul des mandats a été votée par les deux Assemblées et validée par le Conseil Constitutionnel. Bien qu'il s'en défende et protège avec le bec et les ongles sa fortune de politicien multimillionnaire, Jean-Paul Dupré ne pourra plus être maire et député à la fois, mais il s'accroche au bord du ravin, comme le ferait un misérable en perdition, en danger de mort !  

C'est fini, l'homme est aux abois ! Jusqu'à ses derniers instants, il aura grugé l'électorat limouxin en faisant preuve d'une rare malhonnêteté intellectuelle. Jacques Bascou a fait son choix et libère sa conscience, il voudrait rester maire de Narbonne ; Jean-Claude Pérez de Carcassonne, abandonne son siège de député. Limoux serait-elle devenue une ville totalitaire, un endroit où le pouvoir ne se partage jamais ? 

Jean-Paul Dupré caresse l'espoir d'une domination sans limites, assimilable à une dictature. Son rêve serait d'influencer l'Assemblée Nationale avec son mandat de député ; de contrôler le Sénat par le biais de son chef de cabinet Gisèle Jourda ; d'avoir en main le Conseil régional au travers de l'action de la vice-présidente Hélène Giral, sa suppléante parlementaire ; de surveiller le Conseil général de l'Aude avec son homme lige, l'inconsistant Pierre Bardiès ; de régenter la Communauté de communes avec son serviteur à tout faire Pierre Durand, entièrement dévoué à la basse besogne ; de régner sur la ville de Limoux par l'intermédiaire du pâteux Jean-Pierre Tailhan qui deviendrait calife à la place du calife ; et pourquoi pas d'administrer le Monde ! 

Quand nous songeons au triste déclin de la ville que nous aimons, il nous arrive d'avoir quelques visions cauchemardesques. L'heure est enfin venue ! Jean-Paul Dupré doit appliquer les lois de la République et choisir sans délai entre son mandat de maire et celui de député de la troisième circonscription de l'Aude. 

Contraint et par force, il doit démissionner à crève-cœur de l'une ou l'autre fonction. Il choisit de conserver la députation et d'abandonner la ville de Limoux ruinée, accablée par les charges, les impôts, le chômage, les mis en tutelle et curatelle, les Rmistes et autres misères sociales qui affluent de tout le département et de la France entière. 

Notre réveil est pénible, l'hypothèse est tragique. Nous voyons l'adjoint assigné jusque là au rôle peu avouable de petit rapporteur, s'emparer de l'écharpe du premier magistrat ! 

Mais à bien réfléchir cependant, le cauchemar pourrait devenir réalité ! Ne voyons-nous pas depuis quelques jours le sinistre Jean-Pierre Tailhan chaussé de superbes lunettes, assis ou debout à la droite du seigneur tout puissant, porteur au revers d'une décoration, vêtu d'un costume digne de sa nouvelle fonction, cravaté au logo de l'Assemblée nationale, penché sur les dossiers noirs de la mairie qu'il essaye de lire et de comprendre ! 

Voter Dupré reviendrait à voter pour un autre ! Voter Dupré consisterait à voter pour une ombre ! Voter Dupré aujourd'hui, c'est installer demain l'inimaginable Jean-Pierre Tailhan, après avoir violé les lois de la République !  

Gérard JEAN
2014.03.11

Tailhan Jean-Pierre.jpgjean-paul dupré,jean-pierre tailhan,hélène giral,jean-claude pérez,jacques bascou,pierre durand,pierre bardiès,gisèle jourda,cumul des mandats
Comme le célèbre grand vizir Iznogoud de la bande dessinée,
Jean-Pierre Tailhan
deviendrait calife à la place du calife
après la démission du maire Jean-Paul Dupré !
Cauchemar ou insulte à la démocratie ?
C'est fini.jpgjean-paul dupré,jean-pierre tailhan,hélène giral,jean-claude pérez,jacques bascou,pierre durand,pierre bardiès,gisèle jourda,cumul des mandats

LA RUMEUR ! ET SI UN NOUVEAU MALHEUR S'ABATTAIT SUR LA VILLE ?

 La rumeur !

 La rumeur est incontrôlable et se répand sans que l'on puisse la maîtriser ! Ainsi aujourd'hui apprend t-on que les élections sont d'ores et déjà pipées... Si Jean-Paul Dupré est élu pour deux ans et demi, il devra laisser sa place, soit, mais à qui ?Pierre Durand, déjà président d'une Communauté de communes qui ne cesse de s'agrandir, n'en veut pas !
Alors Qui ? Et bien la rumeur annonce que "l'Ombre" serait sur les rangs ! Lui qui représente dans son parti étiolé 4 à 5 Limouxins, le voici prêt à prendre le sceptre de premier Magistrat ! La rumeur s'amuse certes à lui pendre aux pans de sa veste nombre de "casseroles" qu'il ne peut nier, mais l'évidence de cette ambition démesurée pour le petit porteur de télégrammes résiste aux quolibets.
Alors Limouxins, mesurez votre choix dès ce mois de Mars, pour ne pas avoir une "Ombre" à la tête d'un Conseil municipal qui mérite mieux qu'un élu ectoplasme ne représentant que lui !
La Démocratie est un rapport de force qui ne peut être bafoué par un simple opportuniste.  

Rumeur.jpg
The gossip (la rumeur), par Norman Rockwell.jean-pierre tailhan,jean-paul dupré,l'ombre,conseil municipaljean-pierre tailhan,jean-paul dupré,l'ombre,conseil municipal

LIMOUX RENOUVEAU : 11 MARS 2014, REUNION DE CAMPAGNE DU QUARTIER DE LA ROUTE DE CHALABRE.

 Eléctions municipales.jpg
Pierre Bac et les Colistiers de
LIMOUX RENOUVEAU
ont le plaisir de vous convier,
à la réunion de campagne
du quartier de la Route de Chalabre
Salle de la rue Saint-Louis, à Limoux
MARDI 11 MARS 2014
dès 18 heures 30Eléctions municipales.jpgListe Limoux Renouveau2.jpgEléctions municipales.jpgBac Pierre - Tête de liste.jpgEléctions municipales.jpg

NOUVELLE QUESTION SANS REPONSE A MONSIEUR LE MAIRE : LA LOI VOUS Y OBLIGE ! POURQUOI NE PUBLIEZ-VOUS PAS LE DERNIER RAPPORT DE LA COUR REGIONALE DES COMPTES ?

Question n° 11.jpgjean-paul dupré,question sans réponse,cour régionale des comptes,rapport non publié

N'Y AURAIT-IL PAS DEPUIS LONGTEMPS, UN GRAVE CONFLIT D'INTERÊTS AU DOMAINE DE NINAUTE ? LA COUR REGIONALE DES COMPTES DEVRAIT ÊTRE SAISIE !

CENTRE D'ACCUEIL ET D'HEBERGEMENT DE NINAUTE
C'EST PAS CLAIR !

N'Y AURAIT-IL PAS DEPUIS LONGTEMPS, UN GRAVE CONFLIT D'INTERÊTS AU DOMAINE DE NINAUTE ?

LA COUR REGIONALE DES COMPTES DEVRAIT ÊTRE SAISIE !

Dans qu'elle mesure des particuliers peuvent-ils élever,
faire soigner, entretenir leurs chevaux de race
dans un but lucratif, aux frais du contribuable Limouxin,
à hauteur d'un million d'euros ?
Question n° 8.jpgCheval pur sang arabe.jpg
Y a-t-il véritablement dissociation d'intérêts entre :
le Centre d'accueil et d'hébergement de Ninaute,
le Centre équestre municipal (Poney-Club de Limoux),
l'élevage privé de chevaux de race,
les employés communaux attachés au fonctionnement
des installations municipales ?