Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/04/2013

Promenade insolite dans le passé limouxin.

Jean visite Limoux.jpg
Journal L'Indépendant - Photographie : Guillaume.

Dernièrement, Gérard Jean, le président de l'association "Mémoire historique de Limoux", et Guy Pagès, ont fait visiter la ville aux membres de l'association "Esprit de Limoux" de même qu'à leurs amis. Car il y avait aussi des invités, curieux d'en savoir davantage sur l'histoire de la "Cité blanquetière". Depuis la place de la République, ce cortège composé d'une cinquantaine de personnes a d'abord emprunté la rue de la Goutine jadis nommée du "Grand fossé". Une appellation qui laisse supposer que "Goutine" abritait peut-être un égout. Guy Pagès a ensuite mené son monde jusqu'aux Halles en passant par les caves dans lesquelles, naguère, l'Inquisition interrogeait et tourmentait maintes gens.

La plus belle porte du Languedoc

La visite s'est poursuivie par la rue du Collège où se trouvait le Théâtre de l'Alcazar, aujourd'hui disparu de la mémoire collective et qui, dès minuit, devenait un lupanar (entre autres) très fréquenté. Les Marronniers ont enfin accueilli le cortège dont les membres ont pu apprécier le dernier vestige des anciens remparts : la fameuse "Tour Lapasset". Puis la visite s'est continuée vers la "Porte de la Trinité". Celle-ci a explosé en 1840 : il y avait en effet une poudrière à l'intérieur. En fait il faut imaginer cette porte en forme d'arc de triomphe, possédant deux énormes piliers latéraux dans lesquels il était possible de monter grâce à des escaliers. Elle était considérée comme l'une des plus belles portes du Languedoc. Peu après, les visiteurs ont emprunté la rue du Four-Communal, aujourd'hui rue du Palais, et enfin, une étape obligatoire a permis à tous de déguster la blanquette dans l'ancienne prison de la ville : les détenus de l'époque considéraient ce breuvage comme un symbole de liberté (il suffisait de suivre une bulle et le cerveau se mettait en effervescence...). Les invités de Guy Pagès étaient toute ouïe pendant la visite.

Journal L'Indépendant
Edition locale
29 avril 2013.

Ohé Jean-Paul, le bateau coule : 2889 demandeurs d'emploi dans le bassin de Limoux !

L’Observatoire statistique du Pôle emploi en Languedoc-Roussillon vient de publier les chiffres du chômage, dans le bassin de Limoux. Le maire-député-président national des missions locales pour l’emploi se garde bien de nous en parler, même entre deux superbes effets de manches. Nous avons les chiffres du mois de mars 2011, quels sont ceux du mois de mars 2013 ?

Malgré une population âgée et retraitée à l’abri du manque de travail, le total des demandeurs d’emploi dans le bassin de Limoux atteint à la fin du mois de mars 2011, le nombre effrayant de 2889, dont 1995 pour la seule catégorie A.

Source : Observatoire statistique du Pôle emploi Languedoc-Roussillon.
http://www.stats-emploi-lr.fr/IMG/pdf/DEFM_-_diapoLimoux....

La coupable inaction de Jean-Paul Dupré, président national des missions locales pour l'emploi : 5 millions de chômeurs de notre pays, inscrits aujourd'hui à Pôle emploi !

ll n’y a jamais eu autant de chômeurs en France !

Les chiffres du chômage du mois de mars, publiés jeudi 25 avril par le ministère du travail, confirment ce que l'on pressentait : le record du nombre de demandeurs d'emploi, qui datait jusqu'ici de janvier 1997, a été dépassé. 3 224 600 personnes sont désormais inscrites en catégorie A (aucune activité au cours du mois), contre 3 195 500 début 1997.

Si l'on inclut les demandeurs d'emploi ayant eu une activité réduite (catégories B et C), la France passe en mars le terrible cap des 5 millions d'inscrits à Pôle emploi (4,7 millions sur la seule métropole).

La hausse au mois de mars a de plus été particulièrement forte. En comptant les DOM, le nombre de chômeurs sans aucune activité (catégorie A) a bondi de 38 800 personnes. Sur un an, la hausse est de près de 350 000 chômeurs (+ 11,1 %), soit près de 1 000 demandeurs d'emplois supplémentaires par jour.

"Le taux de chômage (10,2 % de la population active fin 2012), en augmentation, reste inférieur au record de 1997 (10,8 %)", tente de rassurer le ministère du travail dans son communiqué. Entre 1997 et 2013, la population active française a en effet fortement progressé, ce qui permet à l'économie d'afficher un taux de chômage pour l'instant un peu meilleur qu'à la fin des années 1990.

Reste que tous les indicateurs sont au rouge. Les moins de 25 ans et les plus de 50 ans sont durement touchés avec une hausse en mars de 1,3 % chacun. Le chômage de longue durée explosé avec 15 % de chômeurs inscrits depuis plus d'un an en plus depuis mars 2012.  Pour les chômeurs de très longue durée (plus de trois ans d'inscriptions), la hausse est de 18,2 % sur un an. Logiquement, le nombre d'inscrits à Pôle emploi bénéficiaires du RSA bondit de 13,5 % en un an.

La forte hausse de mars est d'abord due à une chute des reprises d'emploi déclarées de près de 4 % en un mois. Le nombre d'offres d'emploi collectées par Pôle emploi a d'ailleurs reculé de 6 % en mars par rapport à février. Associée à une très forte baisse non expliquée des cessations d'inscriptions pour défaut d'actualisation, elle amène à une baisse de 3,7 % des sorties de liste. En parallèle, les nouvelles inscriptions à Pôle emploi reculent, mais moins fortement (- 2,4 %). Les inscriptions sur les listes pour licenciement économique progressent de 1,5 %, tout en restant extrêmement marginales (moins de 3 % des motifs d'inscription). La timide baisse des fins de CDD et de missions d'interim ne contrebalance pas leur ampleur.

Face à ces chiffres catastrophiques, la stratégie du gouvernement est de promouvoir les outils qu'il a mis en place. "Tous les leviers de la politique de l’emploi sont désormais opérationnels : emplois d’avenir, contrat de génération, sécurisation de l’emploi. Leur montée en puissance au cours des prochains mois est désormais l’enjeu majeur pour tous les acteurs de terrain", explique le ministère. Reste à savoir s'ils vont un jour porter leur fruit.

Journal Le Monde
Edition du jeudi 25 avril 2013
Jean-Baptiste Chostand

28/04/2013

Limoux Renouveau : une association majeure et indépendante !

Qui a dit le contraire ?
Clouez vite ce manant socialiste au pilori !

Limoux : l'opposition municipale réaffirme son indépendance !

Dans un communiqué intitulé "Indépendance, transparence, efficacité", l'association "Limoux Renouveau" clarifie ses positions : "Soucieux de garantir l'indépendance et l'intégrité de notre association Limoux Renouveau et de ses membres, nous désirons souligner que les propos de M. Gérard Jean, suite aux différents articles de presse parus ces derniers jours, n'appartiennent qu'à lui. Notre volonté de transparence nous amène à préciser que nous ne sommes en aucune manière liés au blog Limoux 2014 dans lequel nous sommes cités, malgré nous, à diverses reprises. Il n'y a aucun amalgame à faire, malgré la tentative par cette personne de récupération d'éléments de communication qui nous sont propres tels que notre bulletin d'informations aux Limouxins".

Journal Midi Libre
Edition locale
Dimanche 28 avril 2013

LE BLOG : INITIATIVE PERSONNELLE D'OPPOSITION CITOYENNE.

Le blog : Limoux 2014, élections municipales est ouvert à l’initiative personnelle et sous la responsabilité de son gestionnaire.

Il n’est rattaché à aucune idéologie politique particulière. Il est libre de tout parti, et indépendant de toute liste électorale susceptible d’être présentée, notamment celle qui pourrait émaner ou se prévaloir de l’association « Limoux Renouveau ».

Il s’agit d’un blog d’opposition citoyenne, mettant en ligne toute information, tout document, tout communiqué ou tout article de presse déjà rendu public.

Il porte l’espoir d’une population asphyxiée et d’une ville ruinée depuis un quart de siècle, par une gestion dangereuse, parce que solitaire et non démocratique.
   

Gérard JEAN

27/04/2013

LES DECISIONS DE MONSIEUR LE MAIRE : OPAQUES COMME DU NOIR DE FUMEE... ET INCOMBUSTIBLES !

Un incendie sûrement accidentel, mais dont les conséquences vous le supposez pouvaient être catastrophiques, s’est déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi, dans un immeuble proche de celui où se trouvent les services administratifs de la mairie. 

Les dommages matériels sont importants. Nous n’avons pas l’intention de vous relater les circonstances de cet accident qui aurait pu se produire dans n’importe quel autre endroit.
 

Mais cela nous permet de rafraîchir certaines mémoires, à propos d’une sombre affaire de spoliation de biens dont avait été victime l’ancienne propriétaire des lieux.
 

La ville de Limoux avait acheté à des conditions bizarrement avantageuses le siège social de l’entreprise « La Chausséria » qui connaissait de sérieuses difficultés financières, afin d’étendre ses capacités d’accueil.
 

Elle lorgnait avec envie le bâtiment contigu où se trouve l’enseigne du « Bar 2000 » encore visible. Pour se l’approprier sans trop dépenser, le maire Jean-Paul Dupré a pris sans aucun scrupule de moralité, un arrêté de mise en péril éminent, prétextant un risque certain d’effondrement, et il a contraint la malheureuse commerçante de cesser son activité gagne-pain !

 

Douze ans après un tel acte inqualifiable, qui aura permis au surplus d’éliminer une licence de débit de boisons, au profit de qui l’on sait, l’immeuble en question ne s’est pas écroulé, il n’est pas étayé, n’a pas été outre mesure sécurisé.

 

Mais, gaillard comme pas deux, « alors qu’il était frappé d’une mise en péril éminent », il renferme aujourd’hui du matériel technique coûteux, dans un local où pénètre à ses risques et périls selon la formule consacrée, le personnel municipal !   

Gérard JEAN

incendie,25 avril 2013,arrêté de mise en péril,licence de débit de boissons
  incendie,25 avril 2013,arrêté de mise en péril,licence de débit de boissonsincendie,25 avril 2013,arrêté de mise en péril,licence de débit de boissons
Photographies : Gérard Jean

Limoux : le local technique de la mairie a été détruit par un incendie.

Incendie local technique.jpg
Un employé municipal devant les décombres du local.
Photographie : Midi Libre

Le feu s'est produit dans la nuit de jeudi. Il y en aurait pour plus de 100.000 € de dégâts. Jeudi soir vers 22 h, place Pierre-Constans, à Limoux, le local technique des services municipaux, qui est situé à proximité de la mairie annexe, a été entièrement détruit par un incendie. Alertés, les pompiers de la ville se sont rendus sur place avec le camion doté de la grande échelle et un fourgon-pompe tonnes (FPT). Leur intervention a duré jusqu'à 1 h du matin. Peu après leur arrivée, ils ont reçu le renfort des pompiers de Carcassonne. Eux aussi sont intervenus avec un FPT. En raison des importants moyens déployés, les flammes ont été maîtrisées rapidement. Mais les lieux ont été sécurisés et les cendres mises sous surveillance. Les gendarmes de la compagnie de Limoux se sont déplacés pour établir les constats d'usage. Selon les premiers éléments de l'enquête, recueillis par les militaires, l'origine de l'incendie serait accidentelle et sans doute due à un court-circuit, "le compteur ayant fondu". Mais selon Henry Pech, le directeur général des services de la mairie, "il s'agit d'un mégot mal éteint ramassé par l'un des engins et qui a mis le feu aux autres déchets". Il ajoute : "Nous avons prévenu notre compagnie d'assurances et maintenant, nous attendons la visite de l'expert. A priori, il y en a pour plus de 100.000€ de dégâts". Plusieurs matériels, dont certains fonctionnent électriquement, ont en effet brûlé : trois "Piktou" (balayeuses électriques), des brouettes, des pelles, des dérouleurs avec les tuyaux d'arrosage, des conteneurs à poubelles... Sans oublier le local qui, lui, est entièrement détruit. Pour les employés municipaux, il n'est pas question de chômage technique. Hier matin très tôt, ils ont repris leur travail, comme d'habitude.

Journal Midi Libre
Edition locale
Samedi 27 avril 2013

26/04/2013

CHÂTEAU DE FLANDRY : DES OPPOSANTS A LA DEMOLITION MONTENT AU CRENEAU.

Du passé faisons table rase. Les concepteurs de projets de réhabilitation de site ont pris la fâcheuse habitude de tailler dans le vif de l'existant et de proposer du neuf à la place.

Ca va plus vite, bien sûr, et le fait que cela soit moins cher, paraît-il, est présenté comme un argument de poids à ceux qui défendent, mordicus, le parti de la rénovation.

Limoux ne fait pas exception à la règle. Après les abattoirs, pur style 19e siècle, qui sont partis en fumée pour laisser la place à un superbe parking, ce sont les anciens locaux de la Tuilerie qui ont la tête sur le billot avec le projet de construction du futur centre culturel.

Un nouveau cas de figure point à l'horizon, avec les menaces de démolition du château de Flandry, propriété de la cave de Sieur d'Arques. Un château de décor d'opérette au toit à ciel ouvert et aux tourelles aussi mal en point, mais avec du charme, beaucoup de charme.

Tellement, qu'un groupe de limouxins, sous couvert d'anonymat, a manifesté l'intention de contester la décision des propriétaires, et de mobiliser peut-être aussi l'opinion. Ce transfert de débat d'une affaire privée basculant dans le domaine public par l'intermédiaire d'internet et de facebook constitue une nouveauté à Limoux.

La Dépêche du Midi
Edition locale
Vendredi 26 avril 2013

Flandry.jpg
Château de Flandry
Photographie d'archives : Gérard Jean.

25/04/2013

LE BLOG : REMERCIE LES 852 LECTEURS QUI ONT APPORTE DANS LA JOURNEE D'HIER, LEURS ENCOURAGEMENTS.

Preuve s'il en était besoin, que l'information doit être plurielle et ne pas servir la pensée unique.
Dans la mesure de notre temps et de nos moyens, nous publierons volontiers tout article d'opposition constructif et signé qui nous sera communiqué.
Nous insérerons également, tout document ou toute source vérifiée de nature à rétablir une vérité depuis trop longtemps malmenée.

Gérard JEAN

OUI, JE SUIS TRISTE POUR L'IMAGE DE MA VILLE ET DE SON PATRIMOINE.

À la tête de la plus importante circonscription électorale de France, l’une des plus pauvres aussi, le maire-député se trouve aux champs, dans les communes avoisinantes, bien loin des préoccupations de Limoux et de ses administrés.

 

N’en déplaise à certains, l’état de la voirie est depuis plus de vingt cinq ans dans un lamentable état d’abandon, et que dire des bâtiments communaux, à commencer par le gymnase Louis Tremesaygues, qui devrait être fermé pour défaut d’entretien et atteinte à la salubrité publique.

 
Si la ville n’a plus d’argent, qu’on nous le dise ! En vérité, elle n’a plus les moyens de sa politique urbaine démentielle et ruineuse.

 
L’erreur fatale a été commise lorsque l’on a laissé classer sans mot dire, la presque totalité du territoire limouxin en zone inondable, en prenant comme fondement la célèbre crue de 1891. Mais cette catastrophe n’était pas une référence climatologique car elle avait été provoquée par des circonstances matérielles qui n’existeront jamais plus.

 
Le résultat est notre ruine. Les Limouxins ne peuvent plus construire dans le centre historique. La ville exsangue est transformée en un immense parking, véritable aspirateur d’automobiles. Les lotissements construits sur les hauteurs sans réflexion, disséminés à des distances parfois considérables, exigent toujours plus de voies urbaines. 300 nouveaux kilomètres de chemins que nous ne pouvons plus entretenir, comme nous ne pouvons plus tenir en état la voirie du centre-ville, parce que nous sommes sans argent.

 
Non, Monsieur le député-maire, ce n’est pas l’achat ruineux de l’espace naturel du domaine de Laux, dont vous ne savez que faire, qui nous rassure. Ce qui nous inquiète c’est l’état des finances de la ville qui sera bien triste lorsque vous quitterez vos fonctions, cela viendra heureusement un jour !

Gérard JEAN

IMPÔTS : "LIMOUX RENOUVEAU" OCCUPE LE TERRAIN.

L'opposition à la municipalité dans un tir groupé dément les chiffres avancés par le député-maire concernant la fiscalité municipale.

Les chiffres municipaux répondaient déjà à un premier communiqué de «Limoux Renouveau» dénonçant les «allégations mensongères» relatives à la hausse des taux de la taxe foncière et de la taxe d'habitation sur Limoux.

Feuille officielle du ministère concerné en main. Une question vient aux lèvres : la vérité dans cette bataille de chiffres existe-t-elle, et de quelle manière peut-elle être transmise, clairement, sans risque d'équivoque, au citoyen de base, contribuable et électeur ?

Au Moyen Âge, la vérité était établie selon, l'ordalie. Les protagonistes étaient soumis à l'épreuve du feu, et le jugement de Dieu seul prévalait dans l'esprit du temps. Le combat singulier représentait une seconde alternative intéressante. La peau du vaincu abandonné du ciel ne valait pas cher au terme de la confrontation qui s'achevait par la mort.

Pierre Bac président de «Limoux Renouveau», plus simplement, compte sur sa bonne foi pour se faire entendre : «Je suis un homme libre écrit-il dans un communiqué, notre mouvement n'est affilié à aucun parti que ce soit», assurant le maire qu'au cours des 40 dernières années il avait travaillé 10 heures par jour, 6 jours par semaine, et qu'il était très impliqué dans la vie associative.


Et de citer : président départemental et régional des professions libérales, conseiller prud'homal, de l'Ordre, assesseur au tribunal des affaires sociales, commission paritaire des caisses de sécurité sociale, membre de la jeune chambre économique, du Rotary, des Capitouls, de la bande des "Jouves" à Carnaval, de Pacoulix, du tennis club, du SCL athlé tisme, du tacot club, président du VTT. «Je suis un résistant poursuit-il, un simple citoyen qui tente d'œuvrer pour le renouveau de notre ville trop longtemps mise à mal». Concluant sur l'évaluation de son âge : «elle est comme les impôts locaux, trop élevée».

Dans un registre plus mordant, Gérard Jean, avoue au maire «qu'il ne dort plus. Je crois avoir perdu la tête depuis que je vous entends dire que vous n'avez pas augmenté les impôts de vos concitoyens depuis 16 ans».

Évidemment les chiffres suivent : 493 % d'augmentation de la taxe foncière en 16 ans, soit 31 % l'an ; 232 % pour la taxe d'habitation au cours de la même période, soit 14,5 % l'an, Les preuves sont implacables, le reste n'est que mensonge électoral.

À force de transferts de charges, de responsabilités, de services, de biens immobiliers ou fonciers vers les autres collectivités territoriales de ce département, vous allez rendre une ville exsangue de richesses, une commune qui ne sera plus propriétaire de rien. Si, excusez-moi, vous conserverez avec un peu de chance le service de l'État civil et celui des élections».

Journal La Dépêche du Midi
Edition locale du jeudi 25 avril 2013

24/04/2013

Fiscalité : l'opposition persiste et signe.

Bac Pierre - Guillaume.jpg
Photographie : Guillaume - Journal L'Indépendant - 24 avril 2013

A un peu moins de onze mois des prochaines municipales, la fiscalité locale cristallise le débat entre la majorité et ses opposants.

Suite aux propos tenus par le député-maire Jean-Paul Dupré, le 21 avril dans nos colonnes, Pierre Bac, le président de l'association Limoux Renouveau, a tenu à réagir fermement.

"Monsieur le maire, je suis un homme libre sans obligation de discipline de parti. Ce terrain glissant sur lequel vous voulez m'amener ne sera pas le mien. Sachez que je ne suis pas un opposant politique, je suis un résistant, simple citoyen qui tente d'œuvrer pour le renouveau de notre ville. Limoux Renouveau dont je suis le président n'est affilié à aucun parti que ce soit", explique-t-il.

Mis en cause par le député-maire qui s'interrogeait sur l'implication des membres de son association dans la vie locale - "Où étaient-ils depuis 40 ans ?", demandait Jean-Paul Dupré - Pierre Bac souligne qu'il a été "quinze ans président des professions libérales de l'Aude, cinq ans conseiller prud'homal, cinq ans membre du conseil de l'ordre, assesseur au tribunal des affaires sociales, membre de la jeune chambre économique, des Capitouls, du Rotary, de la bande des Jouves, du tacot club, de Pacoulix...", ou encore président du club de VTT.

Enfin, sur le chapitre des impôts locaux, Pierre Bac confirme les chiffres que conteste le premier édile, "les sources étant celles de la Direction des finances publiques du ministère de l'Economie et des Finances en 2011", par ailleurs consultables sur le site Internet du ministère. "Qu'importe les chiffres, nombre de personnes préfèrent s'exiler ou faire construire dans les villages proches plutôt que de venir grossir les rangs de la cité blanquetière", conclut l'opposant.

Gérard Jean y va de son calcul :

De son côté, sur le blog "Limoux 2014", Gérard Jean a saisi sa plume pour s'adresser au maire.

"Pour ce qui est de la taxe foncière, écrit-il, j'ai payé 544 € en 1996 et 3 227 € en 2012, ce qui se traduit par une augmentation globale de 493 %, soit 31 % par an".

Pour la taxe d'habitation, l'homme de droite fait le même calcul et la majoration globale atteindrait 232 %.

Bref, on l'aura compris, le débat sur la fiscalité locale risque d'agiter pendant quelques mois encore la sphère politique locale. Pierre Bac répond aux propos de Jean-Paul Dupré, tenus le 21 avril dans nos colonnes.

Pierre BAC
Journal "L'Indépendant"
Edition locale du mercredi 24 avril 2013

VOUS ÊTES ETONNANT, MONSIEUR LE MAIRE !

 jean-paul dupré,impôt,voirie,chômeurs,maire-député,services publics,maternité

Ce qu’il y a de formidable chez notre maire-député socialiste, c’est son courage et sa façon de ne pas répondre aux véritables questions qui lui sont posées.

Lorsqu’on lui dit que sa commune est sans argent parce qu’elle est mal gérée, il affirme sans rire que les impôts locaux n’ont pas augmenté depuis seize ans. Mais nous prend t-il pour de mauvais comptables ou faut-il qu’il soit ignorant à ce point des chiffres ?

Il nous promet depuis vingt-cinq ans une voirie irréprochable et voilà qu’il nous laisse des rues pareilles à des champs de mines.

Il achète à prix d’or le domaine de Laux dont il ne sait que faire, puis il nous laisse à penser que l’entretien du patrimoine urbain peut attendre parce que les caisses sont vides.

Lorsqu’on lui parle des services de maternité et de soins d’urgence qui n’existent plus dans sa commune, il s’agit selon lui d’une affaire privée qui ne le concerne pas, et lorsque l’on évoque la fermeture des services publics locaux qui auront tous disparu à la fin de son mandat, c’est du ressort de l’État.

Si le bassin d’emploi de Limoux dénombre plus de mille cinq cents chômeurs, ce n’est pas la faute du maire-député Jean-Paul Dupré qui s’exprime si souvent dans l’hémicycle, mais celle de l’état qui ne comprend rien à une dépression économique sans précédent.

Oui Monsieur le maire-député la crise mondiale est bien là et la politique gouvernementale en est maintenant responsable. Mais dites-nous, avant la crise, vous étiez bien député de l’Aude !

Voulez-vous nous rappeler s’il vous plaît vos actions, car aujourd’hui votre circonscription, notre ville, notre département et la région Languedoc-Roussillon sont devenus les pays les plus pauvres de France.

Gérard JEAN

23/04/2013

Naissance du bulletin d'information de l'association "Limoux Renouveau"

Limoux Renouveau1.jpgEspoir pour demain.jpg

Tableau comparatif de la taxe d'habitation et des taxes foncières appliquées à Limoux et dans le département de l'Aude.

Tableau comparatif.jpg
LIMOUX RENOUVEAU
Bulletin d'information n° 1
Avril 2013

22/04/2013

Emmanuel Bresson communique à propos de la démission du parti socialiste, de Monsieur Patrick Maugard.

emanuel bresson,patrick maugard,démission,parti socialiste,jean-paul dupré
Monsieur Patrick Maugard a récemment annoncé sa démission du Parti Socialiste. Je tiens à saluer cette sage décision que ses collègues audois seraient bien inspirés de suivre.

Le Maire de Castelnaudary vient grossir les rangs des 74 % de français mécontents de la politique « socialiste » de François Hollande. Les motifs d’insatisfaction ne manquent pas : taux de prélèvement obligatoire record, taux de chômage record (en un an en France c’est l’équivalent de la totalité de la population de l’Aude qui a perdu son emploi), république « fraude fiscale » en lieu et place de la république irréprochable promise, et plus grave encore une casse aveugle des services publics de proximité par ceux qui accusaient hier l’UMP de tous les maux en la matière.

Pour la seule troisième circonscription de l’Aude : 8 classes primaires fermées à la rentrée, fermeture de la perception de Belpech, celle de Belcaire est vidée de ses effectifs, et bien sur la fermeture désormais annoncée du Commissariat de Castelnaudary.

J’avais pendant la campagne des législatives dénoncé l’inaction et l’inutilité de notre député socialiste en place depuis 1997, à la lumière de cette triste actualité pour la Haute Vallée et le Lauragais j’ai le regret de constater que je ne m’étais pas trompé.

Monsieur Dupré n’a  à aucun moment,  pu sur ces différents dossiers faire entendre les intérêts de notre territoire. Simple constat d’échec, d’inaction ou d’impuissance.

Emmanuel BRESSON
Président de la Fédération UMP de l'Aude
Maire de Belcaire

Les belles promesses de monsieur Dupré, n'engagent que celui qui les tient !

Le député-maire m'a dit.jpg