Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/01/2014

On rigole à Limoux comme nulle part ailleurs ! La meilleure blague des vingt-cinq dernières années !

En voiture voyageurs : les communistes et les socialistes préparent-ils le prochain départ de Jean-Paul Dupré ? 

Christian-Robert Bonnet, maire socialiste de Pieusse, Marie-Ange Larruy, conseillère municipale sortante de Limoux, responsable du parti communiste dans l'Aude, dissidente de ses camarades, l'adjointe de Limoux Colette Lagoutte, lancent un ultimatum au département qui ne soutiendrait pas la ligne ferroviaire Carcassonne-Quillan. C'est une manière très franche de désavouer leur collègue, maire et député de Limoux, qui s'endort sur le dossier depuis 37 ans ?

N'ont-ils pas compris ces braves gens, que Jean-Paul Dupré aura tout détruit à la fin de ses mandats ! Préférez-vous une liste ou un dessin ? Ne savez-vous pas que Jean-Paul Dupré est député de l'Aude et qu'il a compétence sur la troisième circonscription qui s'étend justement de Carcassonne à Quillan ?

Rail Carcassonne-Quillan.jpg

Limoux : Le département défend-il le rail ?

Le maire de Pieusse et vice-président de l’ALF interpelle le Département de l’Aude à propos de la ligne ferroviaire Carcassonne-Quillan.

«Je ne lâcherai rien». Christian-Robert Bonnet se bat pour le maintien et le développement de la ligne ferroviaire Carcassonne-Quillan. Le maire de Pieusse lance un ultimatum à ses collègues élus : «Je veux savoir, avant 2015, qui soutient le combat que nous menons depuis cinq ans». Impliquant avec lui ses camarades de l’ALF, association entièrement dédiée à cette lutte du rail, le vice-président pointe du doigt le non-positionnement du département à ce sujet.

«J’ai déjà fait remarquer au président André Viola qu’aucune mention de la ligne ferroviaire Carcassonne-Quillan n’était faite dans le projet Audevant». Il est la feuille de route de l’assemblée départementale pour les années à venir. «Certains élus m’ont répondu que ce combat n’entrait pas dans les compétences du conseil général», a poursuivi Christian-Robert Bonnet, «nous souhaitons toutefois qu’ils se manifestent davantage. Quand ils le veulent, ils le font, et même quand ça n’entre pas dans leurs compétences». La secrétaire Colette Lagoutte rajoute : «Au lieu de faire des ronds-points, ils feraient mieux de nous soutenir». Au final, les militants du rail se demandent si «la priorité n’est pas donnée aux routes et aux cars». Pour Marie-Ange Larruy, vice-présidente, cela est une hérésie de laisser tomber le rail alors que la fréquentation de la ligne «prend de l’essor, notamment depuis la mise en place du TER à 1 €».

Ce soutien, le président de l’ALF en a besoin car une réforme nationale menace 11 000 km de réseau ferroviaire. «L’État parle de se désengager en exerçant plus, sur ces tronçons de voie, son rôle d’autorité organisatrice des transports».

Patrick Bacot sait bien que si la réforme passe, le budget sur ces axes «dont le nôtre» sera revu à la baisse. Alors si un contrat de plan État-région prévoit en 2016 la réhabilitation de 12 km de voie entre Carcassonne et Limoux, qu’en sera-t-il pour le maintien et le développement de la portion Limoux-Quillan si l’argent venait à manquer ?

Une réunion publique se tiendra le 31 janvier, à 17 h 30, salle de la Cigale à Quillan.

Le débat sera engagé localement sur le sujet. L’ALF invitera les élus et notamment les têtes de listes des municipales à venir.

Les commentaires sont fermés.