Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/02/2014

Comment fabriquer par artifices un bilan ridicule : bilan n° 1 de Jean-Paul Dupré, après 37 ans de siège à l'hôtel de ville !

L'art et la manière de s'approprier
le travail des autres,
ou
Comment fabriquer par artifices un bilan ridicule !

Qualité - Cadre de Vie
Bilan n° 1 de Jean-Paul Dupré
après 37 ans de siège à l'hôtel de ville.

"Installation de toilettes publiques
auto-nettoyantes
en centre-ville".
Toilettes1.jpg
En voilà une belle réalisation dans un environnement superbe !Toilettes2.jpg
Mieux vaut ne pas être pris d'un besoin pressant !
Il faut parfois se transformer en déménageur
pour accéder aux toilettes auto-nettoyantes
de M. Jean-Paul Dupré !toilettes publiques,bilan n° 1,qualité-cadre de vie
Maman, pipi… Va voir ton père, c’est trop dangereux !
Latrines ou douches publiques ?

Le quidam de la Place de la République s’interrogeait depuis quelques temps, car il ne comprenait pas les raisons qui avaient conduit notre député-maire à ne pas inaugurer en grande pompe, à ne pas essayer lui-même, et surtout à ne pas encourager ses adjoints à utiliser fréquemment les latrines publiques qu’il venait de faire installer à grands frais sur un petit parking, près de la rue de la Goutine.
Il s’agissait pourtant d’un matériel issu de la dernière génération, aussi cher que perfectionné, présentant des conditions de sécurité tout à fait exceptionnelles, dont le nettoiement ultra sophistiqué garantissait une aseptisation maximale et que n’importe qui pourrait utiliser sans difficultés… simplement !
Il n’avait donc pas été nécessaire d’adresser à l’ensemble des administrés le mode d’emploi comme on l’avait fait pour les professions de foi aux dernières élections municipales.
C’était une réalisation tellement moderne qu’elle était peu vendue en France ; comparable à ces horodateurs sans monnaie installés à proximité, si exceptionnels que nous étions presque les seuls à les posséder. Le top du top vous dit-on !
Mais pourquoi donc ne voyait-on jamais nos élus du Conseil municipal en attente devant les nouvelles toilettes publiques ?  Comme chacun, ils doivent bien avoir à certains moments des besoins pressants, quand ils se réunissent parfois tard et bien longtemps pour s’occuper de nos précieuses économies ?

Les commerçants de notre ville ont intrigué et se sont montrés imaginatifs afin d’éclaircir le mystère. La vérité est aujourd’hui connue. Il aura fallu le succès d’une belle manifestation comme celle de « Côté Jardin » et l’attrait d’un vide-grenier très réussi, pour comprendre enfin pourquoi tant de personnes revenaient de la place Pierre Constans, trempées de pied en cap.
Voici la clef de l’énigme. Les nouvelles toilettes publiques achetées par le député-maire, sont conçues pour recevoir trois personnes par heure, quatre au maximum dans les cas d’urgence avérés. Le temps de nettoiement et l’aseptisation complète de la cabine assimilée à une salle d’opération chirurgicale durent quinze minutes dans les meilleurs moments, lorsque les moteurs sont bien chauds ; ils peuvent-être supérieurs. Que vous soyez prostatiques, atteints de dysenterie ou de diarrhée, vous devez patienter, c’est obligatoire… et prudent !
Mais vous êtes rusé ! Vous attendez la sortie d’un utilisateur pour être son successeur immédiat à l’office. La porte automatique des latrines se ferme derrière vous. Votre compte est bon, vous sortirez transformé par l’expérience. L’éclairage s’éteint, une lumière rouge vous intime de ne sortir à aucun prix… le pouvez-vous ? La chasse d’eau se déclenche avec une puissance inouïe, son bruit métallique vous glace d’effroi et vous avez oublié votre téléphone portable… vous êtes seul !
De gros jets giclent des buses latérales, le sol est inondé, l’eau monte jusqu’à la tige de vos chaussures et ne s’arrêtera jamais… vous allez périr noyé c’est sûr ! L’idée vous prend de monter sur la cuvette, voilà votre malheur ! Le plafond et les murs projettent du désinfectant comme s’il en pleuvait. Vous sortez enfin, libre et hagard, n’ayant point satisfait à l’un des besoins les plus naturels qui soient pour vous entendre dire par un jeune garçon : « Mais Monsieur, pourquoi ne faites vous pas comme les autres ? Il faut faire pipi… ou ce que vous voulez derrière la cabine, c’est large, personne ne vous voit, et l’on a même cimenté un gros trou, comme fait exprès ». J’ai essayé et pour dire la vérité, c’est bien plus rapide et plus confortable qu’à l’intérieur, on est moins seul mais plus en sécurité !     

Gérard JEAN

Note d'actualisation : depuis l'inauguration, les problèmes techniques ont paraît-il été résolus, mais il y a malheureusement trop peu d'utilisateurs qui apprécient le nouveau confort.

Les commentaires sont fermés.