Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/05/2013

Emmmanuel Bresson est candidat à la mairie de Castelnaudary.

 Le maire de Belcaire, ex-candidat aux législatives et patron de l'UMP dans l'Aude a donc tranché : c'est lui qui partira en tête de liste pour la liste Castelnaudary Renouveau aux municipales de 2014. Emmanuel Bresson avait déjà annoncé qu'il ne se représenterait pas à Belcaire, a pesé le pour et le contre, mis en veille son activité professionnelle et convoqué la presse pour une annonce officielle, hier matin. "Je ne veux pas venir en politicien, mais en bâtisseur" Autour de lui sur la photo, de vieilles connaissances : Daniel Arata, mais aussi Monique Tremblay (représentant Bernard Embry empêché), Claude Spanghero, Jean Belloc, Isabelle Agut, des Jeunes Populaires comme Quentin Servant. Et dans les coulisses on apprend l'implication d'Éric Thomas, Muriel Brunel et Bernard Rouy qui aurait insisté depuis des mois pour qu'Emmanuel Bresson prenne la tête de liste. La liste se veut ouverte au centre et à la société civile. La consigne sera de ne "pas faire campagne contre Patrick Maugard" (qui a affirmé qu'il se représentera en 2014) mais "pour Castelnaudary". "Je ne veux pas venir en politicien", a encore insisté le patron départemental de l'UMP, "mais en bâtisseur". Economiste de formation, développeur depuis plus de vingt ans, chargé par Alain Juppé de développer les zones franches urbaines de la rive droite de Bordeaux, puis développeur territorial d'entreprises, Emmanuel Bresson dispose de réseaux et de connaissances qu'il compte appeler à contribution pour le développement économique du PRAE. Sa priorité est néanmoins le centre-ville, "de porter un projet urbain ambitieux et crédible sans augmentation d'impôts. C'est une règle qu'on inscrira dans le marbre : notre ambition est de réanimer la ville sur le plan économique avec l'obsession de créer des emplois. Nous allons être des développeurs, des gestionnaires, très attentifs aux attentes des commerçants, des chefs d'entreprise locaux". Comme à Belcaire, la piste passe aussi par "le développement durable, afin de faire de Castelnaudary une ville exemplaire en la matière en six ans". Le maire de Belcaire (jusqu'au terme du mandat) sait qu'on lui reprochera d'être un parachuté. "Je l'étais à Belcaire en 2001 (il s'y est installé en 1997), et nous avons réalisé de belles choses. Le meilleur bilan que je puisse citer, c'est l'augmentation de 17 % de la population de Belcaire". Tombé amoureux de l'Aude (son épouse est enseignante) en s'y installant fin des années 90, il admet pour la formule "ne pas être né les deux pieds dans le cassoulet, mais adorer ce plat", et signera pour un logement dans les jours qui viennent. "En cas d'élection je m'installerai évidemment définitivement à Castelnaudary". Mercredi à 18 h, Laurent Wauquiez, ancien ministre, vice-président de l'UMP, maire du Puy-en-Velay et député de Haute-Loire viendra inaugurer les locaux. François Fillon apportera également son soutien dans le courant de la campagne. . Daniel Arata : "Avec Emmanuel la ville peut changer et la droite se renouveler".

castelnaudary,emmanuel bresson,castelnaudary renouveau,belcaire,électionsPhotographie : Rumeau/Journal Midi Libre

Journal Midi Libre
Edition locale
X. C.
26 mai 2013.

13/05/2013

Limoux - Emmanuel Bresson laisse-t-il la mairie de Belcaire pour celle de Castelnaudary ?

Le président de l'UMP Emmanuel Bresson ne se représentera aux prochaines municipales à Belcaire. Serait-il attiré par les terres lauragaises en 2 014 ?

On savait que le maire de Belcaire, Emmanuel Bresson, était en période de repositionnement politique. Il y a déjà quelques semaines il avait changé sa première page Facebook au profit d'une photo dynamique où on le voit entouré de ses partisans chauriens UMP, pendant sa dernière campagne électorale, une première indication qui pouvait laisser penser que son destin politique pouvait se poursuivre du côté de la capitale lauragaise. Hier, savamment distillé, un communiqué de presse est tombé dans les rédactions pour confirmer qu'Emmanuel Bresson ne se représentera pas en 2 014 à Belcaire, il s'appliquera à lui-même dit il : «La règle que je souhaiterais voir généraliser au niveau national : le non-cumul dans les fonctions mais aussi dans le temps des mandats. Élu à Belcaire depuis 13 ans je considère qu'il est temps pour moi de passer le relais.» Mais en fin politique l'ancien candidat aux législatives sur la 3e circonscription ne ferme pas la porte à ses envies de conquête : «et à ses envies de servir l'intérêt général» il dit partir avec le cœur gros mais être : «ravi d'avoir accompli mes deux mandats à Belcaire et d'avoir pu contribuer à la dynamique économique et démographique de la commune et de l'avoir durablement positionnée sur la voie des énergies renouvelables et d'un développement raisonné.» Emmanuel Bresson sait aussi que l' Aude vue de Belcaire n'est pas facile à embrasser et qu'il faut redescendre dans la vallée plus peuplée et plus visible politiquement parlant pour s'assurer un ancrage solide. Une tache ardue dans un département franchement rose à tous les étages. Aurait-il un petit penchant pour la citadelle chaurienne ? Certains dans son entourage l'affirment. Pour l'instant l'homme dit être en pleine réflexion : «Je consulte beaucoup, la semaine prochaine je serai à Paris comme toutes les semaines. Ma décision je vous la donnerai dans les jours qui viennent.» La deuxième hypothèse pour ce quadra ambitieux de l'UMP audoise, serait un destin parisien près du futur candidat Fillon à la prochaine présidentielle. Une possibilité qui lui ferait définitivement quitter la région avec femme et enfants. Mais, et il y a un mais, les deux ne sont peut-être pas franchement incompatibles. De Castelnaudary, Blagnac est à une petite demi-heure de route et la capitale du cassoulet a eu un passé à droite bien installé et de plus sans complexe a fait virer en tête les candi dats Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy aux présidentielles. Le patron de l'UMP se verrait certainement assez bien en successeur de Jean Pierre Cassabel ou plus récent de Daniel Arata. Si on fait un rapide tour de table dans les villes de la troisième circonscription, Castelnaudary reste la plus prenable pour le possible candidat Bresson. Limoux avec son candidat historique, un Jean Paul Dupré à quasiment 60 % aux dernières législatives, reste indéboulonnable dans un paysage à part, qui va du rose au rouge, et vire systématiquement du rouge au rose consensuel à toutes les élections, quel que soit l'enjeu. Une terre de paradoxes ou l'histoire de sa noblesse ouvrière du temps des grandes industries a laissé de longues racines socialistes et fait de ses traditions une culture à part, difficile à pénétrer. Une analyse que le candidat Bresson n'a pas négligée. On se rappelle même sa tendresse affichée pour les militants chauriens pendant les législatives, et c'est aussi là qu'il avait fait venir un bataillon de caciques de l'UMP pour le soutenir et réitérera le 29 mai prochain avec l'invitation en terre lauragaise de l'ancien ministre sous Sarkozy, Laurent Wauquiez, vice président de l'UMP. Juste un hasard, l'avenir le dira.

Journal La Dépêche du Midi
Edition locale
Mardi 14 mai 2013
Rédacteur : Françoise Peytavi.

Emmanuel Bresson ne se représentera pas comme maire, à Belcaire.

Après l'avoir annoncé au conseil municipal de Belcaire, je ne briguerai pas de nouveaux mandats... Voici mon communiqué :

En mars prochain le mandat pour lequel les électrices et les électeurs de la Commune de Belcaire m'ont fait confiance s'achèvera.
Jusqu'au dernier jour de celui-ci mon engagement au service de la Commune sera total. Mais lors des prochaines élections municipales, je ne solliciterai pas à nouveau leurs suffrages. En effet, j'ai décidé de m'appliquer la règle que je souhaiterai voir généraliser au niveau national : le non cumul dans les fonctions mais aussi dans le temps des mandats. Élu à Belcaire depuis 13 ans je considère qu'il est temps pour moi de passer le relais. La crise de confiance entre les français et leurs élus impose ces renouvellements démocratiques réguliers. Les mandats à répétition dans les mêmes fonctions desservent l’intérêt général, conduisent trop souvent à l’immobilisme et parfois à des dérives condamnables.
J’ai accompli avec beaucoup de passion mes deux mandats à Belcaire et suis ravi d’avoir pu contribuer à la dynamique économique et démographique de la commune et de l’avoir durablement positionnée sur la voie des énergies renouvelables et d’un développement raisonné.
C’est le cœur gros que je quitterai mes fonctions mais avec le sentiment serein du devoir accompli.

Amitiés,
Emmanuel Bresson
Facebook
Lundi 13 mai 2013

Bresson Emmanuel1.jpg