Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/02/2014

EMMANUEL BRESSON, CANDIDAT AUX ELECTIONS MUNICIPALES DE CASTELNAUDARY, VOUS INVITE A PARTICIPER A LA PRESENTATION DE LA LISTE : CASTELNAUDARY RENOUVEAU.

Elections municipales 2014-1.jpg

Castelnaudary Renouveau Présentation.jpg

Emmanuel Bresson, candidat aux élections municipales de Castelnaudary,
vous invite à participer à la présentation de la liste
CASTELNAUDARY RENOUVEAU
VENDREDI 28 FEVRIER A 19 HEURES
au local Sport 2000, chemin du Chasselas, RN 113 (en face du Géant Casino)
Suivie d'un apéritif dînatoire offert
INFOS : 04 30 35 00 10

Elections municipales 2014-1.jpg

14/02/2014

Pierre Bac signe à Limoux la charte d'éthique citoyenne Anticor, Jean-Paul Dupré refuse à ce-jour de s'engager... vous m'étonnez !

 Dans l’Aude, de plus en plus de candidats signent la Charte Anticor !

Ceux qui ne voudront pas s’engager sur l’exercice d’un mandat éthique trouveront toujours de bonnes raisons pour ne pas signer et vous dirons : « faites moi confiance » !

A ceux-la, il est probable qu’un grand nombre d’électeurs leur répondront dans les urnes que Jérome CAHUZAC, le 6 décembre 2012, leur avait dit la même chose, « les yeux dans les yeux… je n’ai pas de compte à l’étranger, juré » !

http://lelab.europe1.fr/t/video-quand-jerome-cahuzac-niait-en-bloc-8363

http://www.dailymotion.com/video/xwilxi_cahuzac-nie-en-bloc-et-en-detail_news

Heureusement un nombre de plus en plus important de  candidats parfaitement intègres ont pris conscience qu’il fallait envoyer un message fort envers la minorité d’élus corrompus qui provoque la défiance que nous connaissons et envers les citoyens.

Ce message fort, c’est l’engagement noir sur blanc sur la Charte éthique d’Anticor.

A ce jour, plus de 250 candidats se sont engagés à travers toute la France et ont signé notre Charte.

9 candidats l’ont signé dans l’Aude et 6 autres ont entamé le processus de validation pour le faire.

Ces candidats ont des convictions différentes, parfois ils sont diamétralement opposés sur de nombreux sujets, mais, ils ont tous en commun une haute idée de la politique et du mandat qu’ils  espèrent exercer.

En signant la Charte Anticor, il vont largement au delà du « minimum syndical » prévu par la loi en matière d’éthique et ils acceptent la difficulté de faire de « la politique autrement ».

Les signataires de l’Aude au 11 février 2014

 logo-signataire-anticor-2014.jpg

Bruno Constantin, candidat sans étiquette à Narbonnecharte anticor11,jean-paul dupré,bruno constantin,emmanuel bresson,hervé boissonade,lydie passemar,pierre bac,gérard allaire,jean-marc jansana,gérard finizio,jean-pierre maisterra,jean-marc alric
Emmanuel Bresson, candidat UMP à CastelnaudaryBresson Emmanuel Anticor11.jpg
Hervé Boissonade, candidat Debout la République à CarcassonneBoissonade - Anticor11.jpg
Lydie Passemar, Candidate Socialiste à Port-la-Nouvellecharte anticor11,jean-paul dupré,bruno constantin,emmanuel bresson,hervé boissonade,lydie passemar,pierre bac,gérard allaire,jean-marc jansana,gérard finizio,jean-pierre maisterra,jean-marc alric
Pierre Bac, Candidat sans étiquette à LimouxBac Pierre - Anticor11.jpg
Gérard Allaire, Candidat Socialiste à Peyriac-de-Mer
Allaire Gérard.jpg
Jean-Marc Jansana, Candidat Démocratie-Citoyenne à MontredonJansana Jean-Marc.jpg
Gérard Finizio, Candidat Alternative-Citoyenne à Treilles
Photographie du candidat indisponible
Blog http://alternativecitoyenne2014.blogspot.fr/

Jean-Pierre Maisterra, Candidat liste Citoyenne-Solidaire-Ecologiste
soutenue par le FDG
Maisterra Jean-Pierre.jpg

ll est à noter que Jean-Pierre MAISTERRA, signataire de notre précise : qu’elle engage toute la liste et que les propositions dans le programme qui sera offert aux Narbonnais iront sur ce point de l’éthique et de la participation citoyenne bien au-delà  des 9 engagements de la Charte d’Anticor.
 
Le processus de signature est aussi en train d’être finalisé pour 3 candidats de Carcassonne, 1 de Villemoustaussou,1 à Saint Pierre des Champs, 1 à Belpech et 1 à Trèbes.

Les valeurs d’Anticor se développent dans le département de l’Aude et au nom de notre association je remercie les militants qui font passer efficacement nos messages ainsi que l’ensemble des candidats qui, lors des législatives de 2012 et aujourd’hui lors de ces élections municipales s’investissent concrètement et courageusement pour une gestion « éthique » de leur commune.

Pour anticor11

Jean-Marc ALRIC – Coordonnateur Anticor11 – Administrateur National.

06/06/2013

0 pointé, pour MM. Jean-Paul Dupré, Jean-Pierre Tailhan et Patrick Maugard.

MM. Dupré, Tailhan et Maugard adhèrent aux manoeuvres populistes du Front National, estime dans un communiqué Emmanuel Bresson, maire de Belcaire, président départemental de l'UMP.

Quelques élus socialistes mettent en avant les notes que donne aux communes, le site des "contribuables associés", très proche du Front national, qui ne fait que du populisme fiscal. S'y réfèrer relève de la pure malhonnêteté intellectuelle puisque l'analyse est basée essentiellement sur deux ratios : la dépense communale par habitant et le montant d'impôt prélevé par habitant.
Pour le premier, il y a des communes riches et d'autres pauvres. Avoir un niveau de dépenses élevé à Belcaire signifie que l'on a des recettes importantes issues des revenus de la forêt, de notre patrimoine immobilier et de la revente d'énergie renouvelable photovoltaïque et bois énergie.
En outre, Belcaire, qui jusqu'à cei-jour n'est pas en communautés de communes supporte 100 % des dépenses qui ailleurs sont réparties entre deux budgets. De même elle gère en direct l'eau et l'assainissement, ce qui n'est pas le cas de toutes les communes.
Pour le ratio sur les impôts, il est encore plus idiot de s'y référer car il ne tient absolument pas compte de la spécificité par exemple des communes touristiques. A Belcaire, il y a autant de résidences principales que de secondaires, elles-mêmes génératrices d'impôt locaux, or le ratio servant de base à la note est ramené aux seuls habitants de la commune : aberrant ! Axat, Quillan, Gruissan, Couiza, Saint-Hilaire, Salles-sur-l'Hers, toutes ces communes dirigées par des maires socialistes obtiennent la note de 0/20, sont-elles mal gérées pour autant ? Un imbécile raccourci que je me garderai bien de faire.

Journal La Dépêche du Midi
Edition locale Castelnaudary.
Emmanuel Bresson.
29 mai 2013  

01/06/2013

Débat sur les "notes" : suite et fin.

Le feuilleton des "notes" attribuées par la très controversée association des "contribuables associés" ne semble pas vouloir prendre fin. Dans la cour de récré politique locale, PS et challenger (Limoux Renouveau, Emmanuel Bresson) se renvoient les notes de leurs communes respectives à la figure, par le biais de la presse. Pour clore ce "débat", Emmanuel Bresson, cible de deux "communiqués" des mairies de Limoux et Castelnaudary répond une nouvelle fois aux critiques : "Dans plusieurs articles quelques élus socialistes mettent en avant les notes données à chaque commune française par le site des "Contribuables Associés". Cette association, proche du FN (son président est membre du FN, Ndlr), ne fait que du populisme fiscal. S'y référer relève de la pure malhonnêteté intellectuelle. En effet leur analyse des budgets communaux résulte d'une approche simpliste essentiellement basée sur deux ratios : la dépense communale par habitant et le montant d'impôt prélevé par habitants (...). Axat, Quillan, Gruissan, Couiza, Saint-Hilaire, Salles-sur-l'Hers, toutes ces communes dirigées par des maires socialistes obtiennent la note de 0/20, sont-elles mal gérées pour autant ? Un imbécile raccourci que je me garderai bien de faire !". Le maire de Belcaire, futur candidat à la mairie de Castelnaudary et soutien de la liste Limoux Renouveau espère que "le débat s'élèvera prochainement".

Journal Midi Libre
Edition locale
1er juin 2013.

30/05/2013

L. Wauquiez : Je suis venu vous apporter un petit coup de chance.

Je vois en Emmanuel quelqu'un qui a envie de servir les autres, qui a la passion du territoire. Aujourd'hui, je suis venu vous apporter un petit coup de chance". Cinq jours après sa déclaration de candidature aux prochaines élections municipales, Emmanuel Bresson a reçu, hier soir, le soutien sans faille de Laurent Wauquiez. Etablissant un parallèle avec sa ville du Puy-en-Velay, qu'il a repris à la gauche il y a six ans, le vice-président de l'UMP et ancien ministre s'est employé à motiver la centaine de militants présents. "Il n'y a pas de fatalité, même dans une terre que la gauche tient d'une main de fer. Il n'y a pas de fatalité à ce que les entreprises de la ville ferment les unes après les autres", a-t-il insisté, évoquant le cas Spanghero dont il avait parlé quelques minutes auparavant avec un représentant syndical de l'entreprise.
"Cette ville, je compte bien la gagner"
De son côté, Emmanuel Bresson, devant une salle comble, a rappelé que Laurent Wauquiez incarnait cette "droite sociale à laquelle il adhère". Puis, il a décliné les grands axes de sa campagne. "La ville est abandonnée, l'emploie se raréfie, après l'abattoir, c'est maintenant Spanghero qui ferme. Il va falloir aller chercher les investisseurs. On fera décoller la zone Nicolas Appert où prolifèrent les orties et les herbes folles", a-t-il déclaré. Le candidat UMP a également insisté sur le canal du Midi, "un joyau oublié, négligé", sur la politique environnementale qu'il compte mettre en œuvre. "Quand on résiste, on finit toujours par gagner et cette ville, je compte bien la gagner", a conclu Emmanuel Bresson, citant le général de Gaulle. Le député-maire du Puy-en-Velay a inauguré la permanence de campagne d'Emmanuel Bresson dédiée à Jean-Pierre Cassabel.

Journal L'Indépendant
Edition locale
A. P.

castelnaudary,wauquiez,emmanuel bresson,jean-pierre cassabel,spanghero
Photographie : Journal L'Indépendant/D.Rumeau.

26/05/2013

Emmanuel Bresson se présente aux municipales de Castelnaudary.

Le maire de Belcaire, ex-candidat aux législatives et patron de l'UMP dans l'Aude a donc tranché : c'est lui qui partira en tête de liste pour la liste Castelnaudary Renouveau aux municipales de 2014. Emmanuel Bresson avait déjà annoncé qu'il ne se représenterait pas à Belcaire, a pesé le pour et le contre, mis en veille son activité professionnelle et convoqué la presse pour une annonce officielle, hier matin. Autour de lui sur la photo, de vieilles connaissances : Daniel Arata, mais aussi Monique Tremblay (représentant Bernard Embry... «empêché"), Claude Spanghero, Jean Belloc, Isabelle Agut, des Jeunes Populaires comme Quentin Servant. Et dans les coulisses on apprend l'implication d'Éric Thomas, Muriel Brunel et Bernard Rouy qui aurait insisté depuis des mois pour qu'Emmanuel Bresson prenne la tête de liste. La liste se veut ouverte au centre et à la société civile. La consigne sera de ne "pas faire campagne contre Patrick Maugard" (qui a affirmé qu'il se représentera en 2014) mais "pour Castelnaudary". "Je ne veux pas venir en politicien", a encore insisté le patron départemental de l'UMP, "mais en bâtisseur".
Son métier : développer.
Économiste de formation, développeur depuis plus de vingt ans, chargé par Alain Juppé de développer les zones franches urbaines de la rive droite de Bordeaux, puis développeur territorial d'entreprises, Emmanuel Bresson dispose de réseaux et de connaissances qu'il compte appeler à contribution pour le développement économique du PRAE. Sa priorité est néanmoins le centre-ville, "de porter un projet urbain ambitieux et crédible sans augmentation d'impôts. C'est une règle qu'on inscrira dans le marbre : notre ambition est de réanimer la ville sur le plan économique avec l'obsession de créer des emplois. Nous allons être des développeurs, des gestionnaires, très attentifs aux attentes des commerçants, des chefs d'entreprise locaux". Comme à Belcaire, la piste passe aussi par "le développement durable, afin de faire de Castelnaudary une ville exemplaire en la matière en six ans".
Un Auvergnat parachuté.
Le maire de Belcaire (jusqu'au terme du mandat) sait qu'on lui reprochera d'être un parachuté. "Je l'étais à Belcaire en 2001 (il s'y est installé en 1997), et nous avons réalisé de belles choses. Le meilleur bilan que je puisse citer, c'est l'augmentation de 17 % de la population de Belcaire". Tombé amoureux de l'Aude (son épouse est enseignante) en s'y installant fin des années 90, il admet pour la formule "ne pas être né les deux pieds dans le cassoulet, mais adorer ce plat", et signera pour un logement dans les jours qui viennent. "En cas d'élection je m'installerai évidemment définitivement à Castelnaudary". Mercredi à 18 h, Laurent Wauquiez, ancien ministre, vice-président de l'UMP, maire du Puy-en-Velay et député de Haute-Loire viendra inaugurer les locaux. François Fillon apportera également son soutien dans le courant de la campagne. . Daniel Arata : "Avec Emmanuel la ville peut changer et la droite se renouveler"

Journal L'Indépendant
Edition locale
X. C.
26 mai 2013

Emmmanuel Bresson est candidat à la mairie de Castelnaudary.

 Le maire de Belcaire, ex-candidat aux législatives et patron de l'UMP dans l'Aude a donc tranché : c'est lui qui partira en tête de liste pour la liste Castelnaudary Renouveau aux municipales de 2014. Emmanuel Bresson avait déjà annoncé qu'il ne se représenterait pas à Belcaire, a pesé le pour et le contre, mis en veille son activité professionnelle et convoqué la presse pour une annonce officielle, hier matin. "Je ne veux pas venir en politicien, mais en bâtisseur" Autour de lui sur la photo, de vieilles connaissances : Daniel Arata, mais aussi Monique Tremblay (représentant Bernard Embry empêché), Claude Spanghero, Jean Belloc, Isabelle Agut, des Jeunes Populaires comme Quentin Servant. Et dans les coulisses on apprend l'implication d'Éric Thomas, Muriel Brunel et Bernard Rouy qui aurait insisté depuis des mois pour qu'Emmanuel Bresson prenne la tête de liste. La liste se veut ouverte au centre et à la société civile. La consigne sera de ne "pas faire campagne contre Patrick Maugard" (qui a affirmé qu'il se représentera en 2014) mais "pour Castelnaudary". "Je ne veux pas venir en politicien", a encore insisté le patron départemental de l'UMP, "mais en bâtisseur". Economiste de formation, développeur depuis plus de vingt ans, chargé par Alain Juppé de développer les zones franches urbaines de la rive droite de Bordeaux, puis développeur territorial d'entreprises, Emmanuel Bresson dispose de réseaux et de connaissances qu'il compte appeler à contribution pour le développement économique du PRAE. Sa priorité est néanmoins le centre-ville, "de porter un projet urbain ambitieux et crédible sans augmentation d'impôts. C'est une règle qu'on inscrira dans le marbre : notre ambition est de réanimer la ville sur le plan économique avec l'obsession de créer des emplois. Nous allons être des développeurs, des gestionnaires, très attentifs aux attentes des commerçants, des chefs d'entreprise locaux". Comme à Belcaire, la piste passe aussi par "le développement durable, afin de faire de Castelnaudary une ville exemplaire en la matière en six ans". Le maire de Belcaire (jusqu'au terme du mandat) sait qu'on lui reprochera d'être un parachuté. "Je l'étais à Belcaire en 2001 (il s'y est installé en 1997), et nous avons réalisé de belles choses. Le meilleur bilan que je puisse citer, c'est l'augmentation de 17 % de la population de Belcaire". Tombé amoureux de l'Aude (son épouse est enseignante) en s'y installant fin des années 90, il admet pour la formule "ne pas être né les deux pieds dans le cassoulet, mais adorer ce plat", et signera pour un logement dans les jours qui viennent. "En cas d'élection je m'installerai évidemment définitivement à Castelnaudary". Mercredi à 18 h, Laurent Wauquiez, ancien ministre, vice-président de l'UMP, maire du Puy-en-Velay et député de Haute-Loire viendra inaugurer les locaux. François Fillon apportera également son soutien dans le courant de la campagne. . Daniel Arata : "Avec Emmanuel la ville peut changer et la droite se renouveler".

castelnaudary,emmanuel bresson,castelnaudary renouveau,belcaire,électionsPhotographie : Rumeau/Journal Midi Libre

Journal Midi Libre
Edition locale
X. C.
26 mai 2013.

13/05/2013

Limoux - Emmanuel Bresson laisse-t-il la mairie de Belcaire pour celle de Castelnaudary ?

Le président de l'UMP Emmanuel Bresson ne se représentera aux prochaines municipales à Belcaire. Serait-il attiré par les terres lauragaises en 2 014 ?

On savait que le maire de Belcaire, Emmanuel Bresson, était en période de repositionnement politique. Il y a déjà quelques semaines il avait changé sa première page Facebook au profit d'une photo dynamique où on le voit entouré de ses partisans chauriens UMP, pendant sa dernière campagne électorale, une première indication qui pouvait laisser penser que son destin politique pouvait se poursuivre du côté de la capitale lauragaise. Hier, savamment distillé, un communiqué de presse est tombé dans les rédactions pour confirmer qu'Emmanuel Bresson ne se représentera pas en 2 014 à Belcaire, il s'appliquera à lui-même dit il : «La règle que je souhaiterais voir généraliser au niveau national : le non-cumul dans les fonctions mais aussi dans le temps des mandats. Élu à Belcaire depuis 13 ans je considère qu'il est temps pour moi de passer le relais.» Mais en fin politique l'ancien candidat aux législatives sur la 3e circonscription ne ferme pas la porte à ses envies de conquête : «et à ses envies de servir l'intérêt général» il dit partir avec le cœur gros mais être : «ravi d'avoir accompli mes deux mandats à Belcaire et d'avoir pu contribuer à la dynamique économique et démographique de la commune et de l'avoir durablement positionnée sur la voie des énergies renouvelables et d'un développement raisonné.» Emmanuel Bresson sait aussi que l' Aude vue de Belcaire n'est pas facile à embrasser et qu'il faut redescendre dans la vallée plus peuplée et plus visible politiquement parlant pour s'assurer un ancrage solide. Une tache ardue dans un département franchement rose à tous les étages. Aurait-il un petit penchant pour la citadelle chaurienne ? Certains dans son entourage l'affirment. Pour l'instant l'homme dit être en pleine réflexion : «Je consulte beaucoup, la semaine prochaine je serai à Paris comme toutes les semaines. Ma décision je vous la donnerai dans les jours qui viennent.» La deuxième hypothèse pour ce quadra ambitieux de l'UMP audoise, serait un destin parisien près du futur candidat Fillon à la prochaine présidentielle. Une possibilité qui lui ferait définitivement quitter la région avec femme et enfants. Mais, et il y a un mais, les deux ne sont peut-être pas franchement incompatibles. De Castelnaudary, Blagnac est à une petite demi-heure de route et la capitale du cassoulet a eu un passé à droite bien installé et de plus sans complexe a fait virer en tête les candi dats Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy aux présidentielles. Le patron de l'UMP se verrait certainement assez bien en successeur de Jean Pierre Cassabel ou plus récent de Daniel Arata. Si on fait un rapide tour de table dans les villes de la troisième circonscription, Castelnaudary reste la plus prenable pour le possible candidat Bresson. Limoux avec son candidat historique, un Jean Paul Dupré à quasiment 60 % aux dernières législatives, reste indéboulonnable dans un paysage à part, qui va du rose au rouge, et vire systématiquement du rouge au rose consensuel à toutes les élections, quel que soit l'enjeu. Une terre de paradoxes ou l'histoire de sa noblesse ouvrière du temps des grandes industries a laissé de longues racines socialistes et fait de ses traditions une culture à part, difficile à pénétrer. Une analyse que le candidat Bresson n'a pas négligée. On se rappelle même sa tendresse affichée pour les militants chauriens pendant les législatives, et c'est aussi là qu'il avait fait venir un bataillon de caciques de l'UMP pour le soutenir et réitérera le 29 mai prochain avec l'invitation en terre lauragaise de l'ancien ministre sous Sarkozy, Laurent Wauquiez, vice président de l'UMP. Juste un hasard, l'avenir le dira.

Journal La Dépêche du Midi
Edition locale
Mardi 14 mai 2013
Rédacteur : Françoise Peytavi.

Emmanuel Bresson ne se représentera pas comme maire, à Belcaire.

Après l'avoir annoncé au conseil municipal de Belcaire, je ne briguerai pas de nouveaux mandats... Voici mon communiqué :

En mars prochain le mandat pour lequel les électrices et les électeurs de la Commune de Belcaire m'ont fait confiance s'achèvera.
Jusqu'au dernier jour de celui-ci mon engagement au service de la Commune sera total. Mais lors des prochaines élections municipales, je ne solliciterai pas à nouveau leurs suffrages. En effet, j'ai décidé de m'appliquer la règle que je souhaiterai voir généraliser au niveau national : le non cumul dans les fonctions mais aussi dans le temps des mandats. Élu à Belcaire depuis 13 ans je considère qu'il est temps pour moi de passer le relais. La crise de confiance entre les français et leurs élus impose ces renouvellements démocratiques réguliers. Les mandats à répétition dans les mêmes fonctions desservent l’intérêt général, conduisent trop souvent à l’immobilisme et parfois à des dérives condamnables.
J’ai accompli avec beaucoup de passion mes deux mandats à Belcaire et suis ravi d’avoir pu contribuer à la dynamique économique et démographique de la commune et de l’avoir durablement positionnée sur la voie des énergies renouvelables et d’un développement raisonné.
C’est le cœur gros que je quitterai mes fonctions mais avec le sentiment serein du devoir accompli.

Amitiés,
Emmanuel Bresson
Facebook
Lundi 13 mai 2013

Bresson Emmanuel1.jpg

04/05/2013

EMMANUEL BRESSON, TÊTE DE LISTE AUX MUNICIPALES DE CASTELNAUDARY ?

 emmanuel bresson,élections municipales,2014,castelnaudary
Je prendrai une décision avant la fin du mois de mai, admet le patron de l'UMP départementale.
Journal L'Indépendant - Photographie : D. R.

La photo de couverture de sa page Facebook a été modifiée jeudi soir, tirée d'un article paru dans nos colonnes dans le cadre des dernières législatives. Elle montre le candidat d'alors entouré des militants "Cassabelistes" et "Embrystes" lors d'un meeting à l'amphithéâtre d'Arterris. Emmanuel Bresson l'aurait annoncé en interne récemment : il veut être tête de liste aux prochaines municipales. Hier matin, un membre de l'équipe de campagne des législatives l'a confirmé. La lettre mail de Jean-Félix Brouet laissait entendre la même chose depuis quelque temps.

Une "hypothèse de réflexion"

À reculons, l'intéressé ne nie pas qu'une telle candidature est une "hypothèse de réflexion" et que le siège à Paris demande que les têtes de listes soient effectivement fixées avant le 24 mai. "Une décision sera prise avant la fin mai", lâche plus tard Emmanuel Bresson, qui évoque aussi une piste parisienne pour son avenir politique immédiat, aux côtés de François Fillon. Et puis que penser de l'agenda ? Le 29 mai, l'élu du Plateau de Sault fait venir, à Castelnaudary, Laurent Wauquiez, vice-président de l'UMP, plusieurs fois ministre sous Nicolas Sarkozy... Lors de sa campagne des législatives, Emmanuel Bresson, comme d'autres prétendants opposés au candidat socialiste, ont pu se rendre compte que le terrain le plus favorable se trouvait dans la plaine lauragaise (Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy étaient en tête pour les présidentielles à Castelnaudary), plus conservatrice que les terres radicales socialistes de la Haute-Vallée, jugées "imprenables". Les scores le démontrent régulièrement : l'insuccès de la droite à Castelnaudary est avant tout une question de personnes. Le patron de l'UMP se voit-il déjà en nouveau Jean-Pierre Cassabel ou Daniel Arrata, ou compte-t-il sur l'affaiblissement de Patrick Maugard, ayant quitté le PS et sur la présence de Stéphane Linou parmi les candidats pour rogner le score de la gauche, pour faire refaire un "coup à la Maugard", qui en 1995 avait profité des dissensions à droite pour passer devant ? Aux élections législatives de 2012, le candidat PS Jean-Paul Dupré avait recueilli 59,47 % des voix sur Castelnaudary, le candidat UMP Emmanuel Bresson obtenait 40,53 %.

Journal L'Indépendant
Edition locale
Samedi 4 mai 2013

02/05/2013

MOMENT D'EMOTION : JEAN-PIERRE TAILHAN VOLE AU SECOURS DE L'ADVERSAIRE HISTORIQUE DE JEAN-PAUL DUPRE !

Moment d’émotion : Jean-Pierre Tailhan vole au secours de l’adversaire historique de Jean-Paul Dupré.

Le maire-député est en ce moment, privé de l’une de ses meilleures plumes. J’ai donc pensé un instant qu’il utilisait provisoirement les services du conseiller municipal rapporteur Tailhan, pour s’inquiéter de mon humble sort.
Et puis je me suis aperçu que j’avais affaire à M. l’important secrétaire départemental du grand Parti radical de gauche. J’en suis honoré et tout retourné.
Rassurez-vous cher Jean-Pierre, je suis engagé en politique depuis longtemps, j’ai eu à connaître l’incompétence et le mouchardage, mais au-delà de vos piètres idées, une grande chose nous sépare : l’intégrité morale, car je n’ai jamais servi mon pays pour cotiser comme vous, à la caisse de retraite des élus.
Soyez assuré qu’il n’y aura pas de meilleure amitié entre l’UMP, son président départemental Emmanuel Bresson, l’association « Limoux Renouveau », son président Pierre Bac et moi-même, lorsqu’il s’agira de mettre un terme à votre éternelle oligarchie et un point final à la gabegie antidémocratique de votre patron.

  Gérard JEAN 

Monsieur l'important secrétaire départemental du grand Parti radical de gauche triste et plein de pitié !

"Voici Gérard Jean cloué au pilori par 'Limoux Renouveau '», communique sous ce titre, J.-Pierre Tailhan, le secrétaire départemental du Parti Radical de gauche. Rappelons que "Limoux Renouveau" est la liste d'opposition qui s'est constituée montée pour les élections municipales, afin d'affronter le député-maire Jean-Paul Dupré. "Mais comment donc celui qui, voici quelques heures à peine, faisait partie du petit cercle des amis intimes, a pu être ainsi banni, refoulé, exclu. N'est-il donc plus fréquentable ? Il n'y avait pas assez de superlatifs pour qualifier cette amitié profonde mise en avant, par exemple, dans la remise de décorations en présence du gratin de 'Limoux Renouveau '. mais que pourriez-vous lui reprocher ? Une ingratitude, somme toute, pas si surprenante que cela car je suis intimement convaincu que nous ne sommes pas au bout de nos surprises et que certains amalgames ne vont pas tarder à paraître au grand jour. Adieu donc à l'ami Gérard sans autre forme de procès par ceux auprès desquels il pensait avoir trouvé une famille d'accueil. M.Jean fera peut-être appel de cette mise à l'écart devant l'instance départementale de l'UMP que préside Emmanuel Bresson vu que l'UMP et Limoux Renouveau ne font qu'un".

Journal Midi Libre
Edition locale
Jeudi 2 mai 2013

13/05/2012

Qu'avez vous fait M. Dupré ?

Poursuivant leur campagne, Emmanuel Bresson et son adjointe Sylvie Romieu, candidats UMP aux législatives pour la 3e circonscription de l'Aude, organisaient vendredi soir une réunion publique après une rencontre avec la presse.
Jacques Godfrain, l'ancien ministre de la Coopération du gouvernement Juppé, était venu soutenir le candidat Audois. Les deux hommes se réclament tous deux du Gaullisme, Jacques Godfrain étant depuis janvier 2010 le président de la "Fondation Charles-de-Gaulle".
"J'aimerais que les électeurs se replongent dans les promesses du député-maire sortant, commentait Emmanuel Bresson. "'Élisez-moi, Myrys vivra ''» annonçait Jean-Paul Dupré. Dans sa profession de foi de 1997, il affirmait que Formica perdurerait grâce à lui et à Lionel Jospin... Il faut faire très attention avec les promesses. Lorsque je reçois des gens qui cherchent un emploi, je ne leur dis jamais que je vais leur trouver un emploi. En revanche, je leur fais une promesse : celle de mettre toute mon énergie au service de leur recherche. Voilà deux conceptions de la politique qui s'opposent".
Pour le candidat UMP, il y a la "politique spectacle le temps d'une élection", et celle qui "s'occupe de régler effectivement les problèmes, donc de trouver du travail à tous ces gens, plus nombreux ici qu'ailleurs".
La commune de Belcaire (lire en encadré) dont il est le maire, est alors montrée en exemple, une commune qu'il souhaite comparer sur le plan économique, avec celle gérée par son homologue à Limoux. Limoux où "l'on investi massivement dans des plates-bandes de fleurs allégrement arrosées avec l'eau minérale d'Alet, tandis que les communes, pratiquement voisines, crèvent la soif". Si le "magnifique carnaval" est applaudi par Emmanuel Bresson, les fêtes que l'on donne "tous les 15 jours" sont pourtant opposées à la réalité des "revenus de fin de mois des pauvres Limouxins, qui attendent désespérément qu'une entreprise leur propose du travail, et que quelques richesses se créent sur leur territoire".
A Belcaire en revanche "parce que la commune a pris le risque d'investir massivement", l'entreprise Valandré qui fabrique des textiles spécialisés "connus dans le monde entier, a été sauvée".
Au regard de cette campagne législative, le point d'achoppement entre les deux candidats se focalise sur un refus de débat de la part de Jean-Paul Dupré. "Il refuse de débattre parce qu'il est mal à l'aise du fait que depuis 15 ans il n'a rien réalisé de significatif à l'Assemblée nationale. Qu'avez-vous fait M. Dupré pour la 3e circonscription de l'Aude ? Pour le développement économique de ce territoire qui figure parmi les plus pauvres de France ? J'aimerais que la caste politique qui est au pouvoir sur ce territoire depuis toujours, se rende comptable de cette situation économique catastrophique".
Et de rappeler les 17 000 bénéficiaires du RSA dans l'Aude, "un chiffre bien supérieur", à la moyenne nationale. "Au lieu de se lancer des paris du genre c'est notre département qui va voter le plus Hollande, je les appelle à se lancer d'autres défis. Ceux que nous lancerons pour eux s'ils n'en sont pas capables : réduisons de moitié les bénéficiaires du RSA d'ici 10 à 15 ans, réduisons de manière significative le taux de chômage qui est bien plus élevé que la moyenne nationale. Car la seule raison d'être d'un politique dans ce département, c'est de développer l'économie. C'est-à-dire l'emploi".

Journal Midi Libre
Edition locale Castelnaudary
Dimanche 13 mai 2012
J.-C. S.