Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/03/2014

19791 BENEFICIAIRES DU RSA DANS L'AUDE : L'ELECTORAT QUE PREFERE LE PARTI SOCIALISTE EST EN CONSTANTE AUGMENTATION.

pierre bac,revenu de solidarité active,rsa,19791 bénéficiaires,troisième rang national

19791 bénéficiaires du RSA dans l'Aude !

Le département de l'Aude
se classe troisième au plan national
pour le nombre de bénéficiaires
du revenu de solidarité active !
 

pierre bac,revenu de solidarité active,rsa,19791 bénéficiaires,troisième rang national

EN 2014, LE NOMBRE DE BENEFICIAIRES DU RSA EXPLOSE !

En 2013, le nombre avait déjà augmenté d'un millier. En 2014, le département prévoit près de 700 nouveaux inscrits. Soit 236 M€ pour les dépenses sociales au total. Avec 236 M€, la solidarité représente le tiers du budget du conseil général et plus de la moitié des dépenses totales. Et cette part ne va pas décroître, a-t-on appris, hier, lors de la session du conseil général. Conséquence d'une situation économique morose, la part consentie à l'aide sociale et à l'insertion gonfle en 2014 de 11,3 %, soit 102 M€. C'est l'augmentation importante du nombre de bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) qui est à l'origine de cette inflation. Anne-Marie Jourdet, vice-présidente du conseil général chargée de la solidarité, a annoncé qu'en 2013, leur effectif avait cru d'un millier, soit 19 091 personnes concernées. Et pour 2014, 700 nouveaux bénéficiaires sont programmés, malgré un contexte économique plus favorable. Pour le seul versement du RSA, une enveloppe de 88 M€ (+ 22 % par rapport à 2013) a été adoptée ; alors que l'Aude se situe au 3e rang national pour la part de bénéficiaires du RSA au sein de la population.

La croissance de ces dépenses nourrit des inquiétudes au sein de l'assemblée départementale. Robert Dejean, pour l'opposition, craint que "les réserves budgétaires soient épuisées", si l'État ne soutient pas davantage le conseil général. À ce sujet, André Viola, président du conseil général, a indiqué que "pour la première fois depuis dix ans", l'État était présent "mais ce n'est qu'un début de réponse, une bouffée d'oxygène". Il annonce qu'un tiers du montant des dépenses sociales jusqu'alors non compensées pour le Département va être pris en charge dès cette année par l'État. "Nous allons nous battre pour obtenir plus. L'objectif, c'est que 100 % des dépenses soit prises en charge en 2017", a annoncé le président. Avant de faire part d'autres inquiétudes : le conseil général assumera, dès cette année, de nouveaux services dont la gestion du Fonds unique logement, dispositif permettant d'aider les personnes les plus défavorisées.

Assuré jusqu'alors par la Caisse d'allocations familiales, ce service sera géré par le département en juillet. La collectivité va donc devoir embaucher quelques agents supplémentaires. Autre dossier particulièrement surveillé par le département : la réforme des Établissement et services d'aide par le travail (ESAT), pour le public handicapé, afin d'augmenter le nombre de places proposées, alors qu'un projet de transfert de la gestion de ces établissements vers les conseils généraux est en projet. L'examen du budget dédié à la solidarité a donné lieu à une discussion sur le projet de réforme des collectivités et sur leurs futures compétences. André Viola a précisé que la solidarité, tant vers les populations que pour les territoires, resterait du ressort des conseils généraux : "Le département est un échelon indispensable en milieu rural". Tout en confessant que quelle que soit la réforme, il faudra toujours une collectivité pour assurer cette lourde compétence sociale.

Journal L'Indépendant
Edition du 6 mars 2014
Laurent Costes

  
pierre bac,revenu de solidarité active,rsa,19791 bénéficiaires,troisième rang national

Depuis longtemps, trop, trop longtemps,
Jean-Paul Dupré assure sa réélection
avec les chômeurs, le clientélisme,
les bénéficiaires du revenu de solidarité active.


La misère et la plaisanterie ont assez durées !

 pierre bac,revenu de solidarité active,rsa,19791 bénéficiaires,troisième rang national

27/02/2014

L'OLIGARCHIE, TRAHIT, TROMPE, DETRUIT TOUTE FORME DE DEMOCRATIE !

Quelle crédibilité ?

Il croyait faire l’unanimité puisque personne ne s’était présenté contre lui, lors des dernières élections municipales et il a plastronné durant six années !

Le voici soudain face à des adversaires non convaincus de sa bonne gestion. Dès lors, tous les coups bas sont permis… et surtout les attaques personnelles.

Nul n’est dupe, ses justifications quant à son patrimoine sont erronées et font sourire la majorité de la population, ses accusations vis-à-vis de la tête de liste de l’opposition sont mesquines et sans fondement. Il n’a aucune crédibilité, sinon celle des assujettis !

Il ne sert à rien d’en dire davantage tant cette morgue montre sa peur, lui qui n’a jamais peur quand il n’y a pas d’adversaire…

Son courage aurait été de faire de Limoux une ville en développement économique et non uniquement festive. Mais il faut plus de compétences pour attirer des entreprises que pour manier une « carabène » une fois par an !

Cette constance manque dans tous les domaines, et nécessite une reprise en main dynamique, avec des femmes et des hommes neufs, n’ayant jamais trempé dans les arcanes du pouvoir local monarchique.

Crédibilité.jpgJ'aime Limoux.jpgl'oligarchie,trahit,trompe,détruit la démocratie,j'aime limoux,je vire dupré,développement économique,ville festivel'oligarchie,trahit,trompe,détruit la démocratie,j'aime limoux,je vire dupré,développement économique,ville festive

14/02/2014

Dupré fait son dernier Carnaval : encore un holdup contre la Démocratie !

L’ancien guichetier de banque Jean-Paul Dupré, s’apprête à commettre un nouveau holdup  contre la Démocratie et à braquer les lois de la République.

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL VALIDE LA LOI INTERDISANT LE CUMUL DES MANDATS

Si le désastre s’abat encore sur les Limouxins, et si Jean-Paul Dupré est par malheur une nouvelle fois élu, il devra démissionner ! Voter Dupré, c’est donc voter pour quelqu’un d’autre ; voter Dupré, c'est l'entourloupe, c’est voter pour une ombre ; c’est être complice d’un holdup contre la Démocratie ! 

Conseil Constitutionnel.jpg

Le Conseil Constitutionnel a validé, jeudi 13 février 2014, les deux lois interdisant, à partir de 2017, le cumul de fonctions exécutives locales, dont celle de maire, avec un mandat de député, de sénateur ou de parlementaire européen.

 J'aime Limoux.jpg