Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/03/2014

LA RUMEUR ! ET SI UN NOUVEAU MALHEUR S'ABATTAIT SUR LA VILLE ?

 La rumeur !

 La rumeur est incontrôlable et se répand sans que l'on puisse la maîtriser ! Ainsi aujourd'hui apprend t-on que les élections sont d'ores et déjà pipées... Si Jean-Paul Dupré est élu pour deux ans et demi, il devra laisser sa place, soit, mais à qui ?Pierre Durand, déjà président d'une Communauté de communes qui ne cesse de s'agrandir, n'en veut pas !
Alors Qui ? Et bien la rumeur annonce que "l'Ombre" serait sur les rangs ! Lui qui représente dans son parti étiolé 4 à 5 Limouxins, le voici prêt à prendre le sceptre de premier Magistrat ! La rumeur s'amuse certes à lui pendre aux pans de sa veste nombre de "casseroles" qu'il ne peut nier, mais l'évidence de cette ambition démesurée pour le petit porteur de télégrammes résiste aux quolibets.
Alors Limouxins, mesurez votre choix dès ce mois de Mars, pour ne pas avoir une "Ombre" à la tête d'un Conseil municipal qui mérite mieux qu'un élu ectoplasme ne représentant que lui !
La Démocratie est un rapport de force qui ne peut être bafoué par un simple opportuniste.  

Rumeur.jpg
The gossip (la rumeur), par Norman Rockwell.jean-pierre tailhan,jean-paul dupré,l'ombre,conseil municipaljean-pierre tailhan,jean-paul dupré,l'ombre,conseil municipal

10/01/2014

L'Ombre

Fantôme.jpg

Il a vécu à l’ombre des platanes du Tivoli. Lorsqu’il distribuait, dans l’ombre de sa fonction, des télégrammes qu’il ne pouvait lire, il attendait dans l’ombre, le pourboire du destinataire.

Venu, dans l’ombre en politique, il connut un blanquetier, ancien adjoint de l’ancien Maire et adjoint du nouveau : il se mit donc dans l’ombre et, comme les mousses sur les grands arbres, s’efforça de grandir ; toujours à l’ombre !

Lorsqu’il se sentit grand, il scia l’arbre qui l’avait fait grandir en lui donnant emploi et une certaine notoriété… Mais l’ombre suit toujours celui qui la précède et, ne pouvant lui-même jeter une ombre sur sa propre personne, il retrouva celui qu’il pouvait suivre, comme une ombre.

Ainsi est le destin d’une ombre qui ne se cache pas mais qui en trente années n’a fait que suivre ceux qui, mis en lumière, comptaient sur lui pour ne pas lui faire ombre.

Convaincu aujourd’hui d’avoir servi la ville dans l’ombre, il reçoit en pénombre une médaille de servitude, attribuée par ceux qui, pour une fois l’ont sorti de l’ombre.

Mais la nature des hommes est ainsi faite, et il y est déjà retourné… dans l’ombre !

Paul Genois.