Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/12/2012

Les promesses de M. Dupré.

La liste d'opposition municipale "Limoux Renouveau" communique : "Le mois de décembre se prête aux bonnes résolutions et aux promesses en tout genre. Nous sommes très heureux de relancer un débat qui, hélas pour la démocratie, en son sens noble du terme, avait disparu sur la ville de Limoux. Une fois de plus, notre député-maire a fait une intervention appuyée dans la presse. Il promet des rénovations en tout genre et même dans le cadre d'une hypothétique rocade, un pont de 300 mètres. Nous voudrions rappeler à M. Dupré que les travaux sur la rue Petiet étaient déjà prévus pour 2006 dans le cadre qu'il appelle lui-même "Les grands travaux de rénovation du centre-ville". Annoncer une deuxième fois cette réalisation pour 2013, soit sept ans plus tard nous fait craindre que les années défilent et ne comptent pas vraiment pour M. Dupré, sans compter les nombreuses autres rues de notre ville qui sont dans un état pitoyable. M. le maire n'a de cesse de faire, pour plaire aux Limouxins, des effets d'annonce. C'est-à-dire utiliser les médias pour dire "je vais faire", puis seconde annonce "je vais être subventionné", puis troisième annonce "l'enquête est lancée"… Et c'est depuis plus de 20 ans la même utilisation des promesses non tenues. Limoux Renouveau ne croit pas au Père Noël et pense que le concret est bien mieux que des vœux".

Journal Midi Libre
Edition locale
Jeudi 20 décembre 2012

13/05/2012

Qu'avez vous fait M. Dupré ?

Poursuivant leur campagne, Emmanuel Bresson et son adjointe Sylvie Romieu, candidats UMP aux législatives pour la 3e circonscription de l'Aude, organisaient vendredi soir une réunion publique après une rencontre avec la presse.
Jacques Godfrain, l'ancien ministre de la Coopération du gouvernement Juppé, était venu soutenir le candidat Audois. Les deux hommes se réclament tous deux du Gaullisme, Jacques Godfrain étant depuis janvier 2010 le président de la "Fondation Charles-de-Gaulle".
"J'aimerais que les électeurs se replongent dans les promesses du député-maire sortant, commentait Emmanuel Bresson. "'Élisez-moi, Myrys vivra ''» annonçait Jean-Paul Dupré. Dans sa profession de foi de 1997, il affirmait que Formica perdurerait grâce à lui et à Lionel Jospin... Il faut faire très attention avec les promesses. Lorsque je reçois des gens qui cherchent un emploi, je ne leur dis jamais que je vais leur trouver un emploi. En revanche, je leur fais une promesse : celle de mettre toute mon énergie au service de leur recherche. Voilà deux conceptions de la politique qui s'opposent".
Pour le candidat UMP, il y a la "politique spectacle le temps d'une élection", et celle qui "s'occupe de régler effectivement les problèmes, donc de trouver du travail à tous ces gens, plus nombreux ici qu'ailleurs".
La commune de Belcaire (lire en encadré) dont il est le maire, est alors montrée en exemple, une commune qu'il souhaite comparer sur le plan économique, avec celle gérée par son homologue à Limoux. Limoux où "l'on investi massivement dans des plates-bandes de fleurs allégrement arrosées avec l'eau minérale d'Alet, tandis que les communes, pratiquement voisines, crèvent la soif". Si le "magnifique carnaval" est applaudi par Emmanuel Bresson, les fêtes que l'on donne "tous les 15 jours" sont pourtant opposées à la réalité des "revenus de fin de mois des pauvres Limouxins, qui attendent désespérément qu'une entreprise leur propose du travail, et que quelques richesses se créent sur leur territoire".
A Belcaire en revanche "parce que la commune a pris le risque d'investir massivement", l'entreprise Valandré qui fabrique des textiles spécialisés "connus dans le monde entier, a été sauvée".
Au regard de cette campagne législative, le point d'achoppement entre les deux candidats se focalise sur un refus de débat de la part de Jean-Paul Dupré. "Il refuse de débattre parce qu'il est mal à l'aise du fait que depuis 15 ans il n'a rien réalisé de significatif à l'Assemblée nationale. Qu'avez-vous fait M. Dupré pour la 3e circonscription de l'Aude ? Pour le développement économique de ce territoire qui figure parmi les plus pauvres de France ? J'aimerais que la caste politique qui est au pouvoir sur ce territoire depuis toujours, se rende comptable de cette situation économique catastrophique".
Et de rappeler les 17 000 bénéficiaires du RSA dans l'Aude, "un chiffre bien supérieur", à la moyenne nationale. "Au lieu de se lancer des paris du genre c'est notre département qui va voter le plus Hollande, je les appelle à se lancer d'autres défis. Ceux que nous lancerons pour eux s'ils n'en sont pas capables : réduisons de moitié les bénéficiaires du RSA d'ici 10 à 15 ans, réduisons de manière significative le taux de chômage qui est bien plus élevé que la moyenne nationale. Car la seule raison d'être d'un politique dans ce département, c'est de développer l'économie. C'est-à-dire l'emploi".

Journal Midi Libre
Edition locale Castelnaudary
Dimanche 13 mai 2012
J.-C. S.