Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/04/2013

OUI, JE SUIS TRISTE POUR L'IMAGE DE MA VILLE ET DE SON PATRIMOINE.

À la tête de la plus importante circonscription électorale de France, l’une des plus pauvres aussi, le maire-député se trouve aux champs, dans les communes avoisinantes, bien loin des préoccupations de Limoux et de ses administrés.

 

N’en déplaise à certains, l’état de la voirie est depuis plus de vingt cinq ans dans un lamentable état d’abandon, et que dire des bâtiments communaux, à commencer par le gymnase Louis Tremesaygues, qui devrait être fermé pour défaut d’entretien et atteinte à la salubrité publique.

 
Si la ville n’a plus d’argent, qu’on nous le dise ! En vérité, elle n’a plus les moyens de sa politique urbaine démentielle et ruineuse.

 
L’erreur fatale a été commise lorsque l’on a laissé classer sans mot dire, la presque totalité du territoire limouxin en zone inondable, en prenant comme fondement la célèbre crue de 1891. Mais cette catastrophe n’était pas une référence climatologique car elle avait été provoquée par des circonstances matérielles qui n’existeront jamais plus.

 
Le résultat est notre ruine. Les Limouxins ne peuvent plus construire dans le centre historique. La ville exsangue est transformée en un immense parking, véritable aspirateur d’automobiles. Les lotissements construits sur les hauteurs sans réflexion, disséminés à des distances parfois considérables, exigent toujours plus de voies urbaines. 300 nouveaux kilomètres de chemins que nous ne pouvons plus entretenir, comme nous ne pouvons plus tenir en état la voirie du centre-ville, parce que nous sommes sans argent.

 
Non, Monsieur le député-maire, ce n’est pas l’achat ruineux de l’espace naturel du domaine de Laux, dont vous ne savez que faire, qui nous rassure. Ce qui nous inquiète c’est l’état des finances de la ville qui sera bien triste lorsque vous quitterez vos fonctions, cela viendra heureusement un jour !

Gérard JEAN

24/04/2013

VOUS ÊTES ETONNANT, MONSIEUR LE MAIRE !

 jean-paul dupré,impôt,voirie,chômeurs,maire-député,services publics,maternité

Ce qu’il y a de formidable chez notre maire-député socialiste, c’est son courage et sa façon de ne pas répondre aux véritables questions qui lui sont posées.

Lorsqu’on lui dit que sa commune est sans argent parce qu’elle est mal gérée, il affirme sans rire que les impôts locaux n’ont pas augmenté depuis seize ans. Mais nous prend t-il pour de mauvais comptables ou faut-il qu’il soit ignorant à ce point des chiffres ?

Il nous promet depuis vingt-cinq ans une voirie irréprochable et voilà qu’il nous laisse des rues pareilles à des champs de mines.

Il achète à prix d’or le domaine de Laux dont il ne sait que faire, puis il nous laisse à penser que l’entretien du patrimoine urbain peut attendre parce que les caisses sont vides.

Lorsqu’on lui parle des services de maternité et de soins d’urgence qui n’existent plus dans sa commune, il s’agit selon lui d’une affaire privée qui ne le concerne pas, et lorsque l’on évoque la fermeture des services publics locaux qui auront tous disparu à la fin de son mandat, c’est du ressort de l’État.

Si le bassin d’emploi de Limoux dénombre plus de mille cinq cents chômeurs, ce n’est pas la faute du maire-député Jean-Paul Dupré qui s’exprime si souvent dans l’hémicycle, mais celle de l’état qui ne comprend rien à une dépression économique sans précédent.

Oui Monsieur le maire-député la crise mondiale est bien là et la politique gouvernementale en est maintenant responsable. Mais dites-nous, avant la crise, vous étiez bien député de l’Aude !

Voulez-vous nous rappeler s’il vous plaît vos actions, car aujourd’hui votre circonscription, notre ville, notre département et la région Languedoc-Roussillon sont devenus les pays les plus pauvres de France.

Gérard JEAN